Souviens-toi, Atom Egoyan

Avant la mort de sa femme, Zev, 88 ans, lui a fait une promesse : retrouver et châtier le nazi responsable de la mort des leurs à Auschwitz. Le hic : Zev souffre de démence et oublie constamment où il se trouve, et pourquoi il s’y trouve. Dans une lettre qu’il garde précieusement, son ami Max, un ancien chasseur de nazis cloué à son fauteuil roulant, a consigné tout ce que Zev doit savoir, ou plutôt se remémorer, au fil des jours. À mesure que la traque du vieil homme se précise malgré une mémoire confuse, l’intrigue devient de plus en plus captivante… et de plus en plus improbable. Idem pour le dénouement, de prime abord ingénieux, mais qui ne résiste pas à l’analyse. Bien qu’il ne soit pas l’auteur du scénario, il s’agit malheureusement d’une constante dans les plus récents thrillers d’Atom Egoyan (Chloe, La captive, Noeud du Diable, etc.). La technique est cela dit avisée. Le film bénéficie en outre de la présence de Christopher Plummer, magistral en homme obsédé — autre motif cher au cinéaste — par sa quête de justice. Au final, l’émotion l’emporte sur la logique pour un résultat prenant, mais mitigé.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Souviens-toi V.F. de Remember

★★★

Réalisation : Atom Egoyan Avec Christopher Plummer, Martin Landau, Dean Norris. Canada, 2015, 95 minutes