Les prostituées de «Much Loved» primées à Angoulême

Angoulême — Much Loved, le film de Nabil Ayouch traitant de la prostitution au Maroc, où il a été interdit, a été dimanche l’un des grands gagnants du Festival du film francophone d’Angoulême obtenant le Valois d’or et celui de la meilleure actrice pour Loubna Abidar.

Le Valois du public est revenu à La passion d’Augustine, de Léa Pool, film québécois narrant l’épopée musicale d’un couvent québécois à travers le parcours d’une pianiste prodige.

Présenté au dernier festival de Cannes, Much Loved, qui sortira en France le 16 septembre, raconte les peines et les joies de Noha, Randa, Soukaina et Hlima, quatre prostituées de Marrakech, entre clients, soirées alcoolisées, danses sulfureuses, mais aussi moments de complicité, de tendresse, et rapports compliqués avec leurs familles.

« Un geste d’amour »

« Ça fait du bien. Enfin. Je prends ça comme un geste d’amour », a soufflé Nabil Ayouch, la gorge serrée, en recevant son prix sur la scène du théâtre d’Angoulême. Après un mot pour les interprètes du film, ses « quatre petites fées », il a rendu hommage aux « femmes arabes qui, tous les jours, se battent pour faire respecter leurs droits civiques fondamentaux ».

Les larmes aux yeux, son interprète principale, la Marocaine Loubna Abidar, a reçu le Valois de la meilleure actrice, glissant : « Je n’ai jamais osé en rêver. » Au printemps dernier, elle avait indiqué avoir reçu des messages de haine et des menaces, tandis que le film déclenchait au Maroc une intense polémique, tout en permettant d’engager un débat sur la prostitution.

Primé, parmi dix films en compétition, par le jury que présidait Jean-Hugues Anglade, Much Loved succède au palmarès d’Angoulême à Hippocrate, film de Thomas Lilti sur la médecine vue de l’intérieur, Valois d’or 2014.

Autre grand gagnant de ce 8e Festival d’Angoulême, Je ne suis pas un salaud, d’Emmanuel Finkiel, avec Nicolas Duvauchelle, retraçant la fuite en avant d’Eddie, victime d’une agression, qui désigne à tort son agresseur, Ahmed, contre lequel la machine judiciaire s’emballe. Emmanuel Finkiel a reçu le Valois de la meilleure mise en scène et Nicolas Duvauchelle, celui du meilleur acteur.

Le Valois du scénario est revenu à Je suis à toi, du Belge David Lambert, l’histoire d’un escort-boy argentin ayant débarqué en Belgique.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

1 commentaire
  • Nicole D. Sévigny - Inscrite 31 août 2015 06 h 40

    Il n'y a pas de débat...

    sur la prostitution...il y a les pro et les anti...Il y a Amnésie internationale et les groupes de femmes qui refusent qu'on parle en leur nom...dont je suis.