Secrets et mensonges

Libby Day, interprétée par Charlize Theron, doit revisiter son passé afin de comprendre ce qui est arrivé à sa famille.
Photo: Remstar Libby Day, interprétée par Charlize Theron, doit revisiter son passé afin de comprendre ce qui est arrivé à sa famille.

La romancière américaine Gillian Flynn ne donne pas dans la « chick lit » à la Helen Fielding. Les univers qu’elle dépeint sont des plus sombres et les personnages féminins qu’elle y fait évoluer n’ont rien à voir avec la fille d’à côté en attente du prince charmant. Un an après l’épouse peu rassurante des Apparences, brillamment mis en scène par David Fincher, voici qu’arrive l’asociale Libby Day. Si Charlize Theron s’avère aussi solide dans Les lieux sombres que l’était Rosamund Pike dans Les apparences, on ne saurait toutefois dire que le réalisateur français Gilles Paquet-Brenner (Les jolies choses, Elle s’appelait Sarah) a autant de génie que son confrère américain.

À la demande du chef d’un groupe d’amateurs d’enquêtes policières (Nicholas Hoult), Libby Day doit revisiter son passé afin de comprendre ce qui s’est réellement déroulé la nuit où sa mère (Christina Hendricks) et ses deux soeurs auraient été assassinées par son frère (Corey Stoll), qui purge une peine de prison depuis 30 ans. Ce faisant, la romance que son frère vivait à l’époque (Tye Sheridan) avec une jeune gothique de bonne famille (Chloë Grace Moretz) lui reviendra en mémoire.

Reposant sur un récit dense dont les ramifications risquent d’éprouver la patience du spectateur, Les lieux sombres jouit heureusement d’une atmosphère tendue et d’une photographie glauque, lesquelles en font un thriller divertissant. Alternant entre le passé et le présent, Paquet-Brenner entretient bien le mystère jusqu’à la conclusion crève-coeur. Toutefois c’est dans l’intrigue familiale que le cinéaste se fait plus surprenant.

De fait, si la trame policière semble par moments trop arrangée avec le gars des vues, son illustration d’une famille dysfonctionnelle en région éloignée s’avère plutôt émouvante. Il est vrai que le jeu de Hendricks en mère courage larguée par son mari violent et alcoolique (Sean Bridgers) y est pour quelque chose. N’en demeure pas moins que sa vision d’une Amérique obsédée par les armes à feu et pétrie par sa peur de la différence provoque autant de frissons que le cauchemar perpétuel de Libby.

Les lieux sombres (V.F. de Dark Places)

★★★

France, 2015, 113 minutes. Thriller de Gilles Paquet-Brenner. Avec Charlize Theron, Nicholas Hoult, Christina Hendricks, Corey Stoll, Tye Sheridan et Chloë Grace Moretz.