Autodétermination

Un jeune Palestinien se retrouve seul à ne pas être de confession juive dans une prestigieuse école.
Photo: Métropole Films Un jeune Palestinien se retrouve seul à ne pas être de confession juive dans une prestigieuse école.

Ayad a eu une enfance heureuse auprès de sa famille dans une petite ville israélienne. Arabe, comme 20 % de la population de ce pays, il ne ressent pas vraiment sa différence dans le vase clos de son quartier. Or voilà qu’à l’adolescence, ses facultés intellectuelles supérieures lui ouvrent les portes de la plus prestigieuse école du pays. Là-bas, il est le seul à ne pas être de confession juive.

Bénéficiant, à la base, d’un contexte aussi inusité que riche, Dancing Arabs aurait pu se contenter de proposer un récit initiatique classique. De fait, le potentiel dramatique suffisait largement à alimenter tout un film, d’autant que, rapidement, l’intrigue s’enrichit d’un amour interdit avec une jolie consoeur de classe, aspect traité sans mièvrerie.

Mais non, Dancing Arabs va plus loin. Plutôt que de se borner à utiliser l’insoluble conflit israélo-palestinien en guise de toile de fond, le film intègre celui-ci en transformant son protagoniste en une véritable incarnation dudit conflit. Ainsi Ayad lutte-t-il pour préserver sa culture, son identité, tout en se laissant assimiler de bon gré à certains égards. De manière plus directe, son amitié avec Jonathan, un camarade infirme, l’amène à utiliser l’identité juive de ce dernier, avec sa bénédiction.

Scénarisé par l’écrivain arabo-israélien Sayed Kashua, d’après son roman en partie autobiographique, et réalisé par le cinéaste juif israélien Eran Riklis (La fiancée syrienne), Dancing Arabs ne simplifiejamais une question éminemment complexe. L’histoire racontée est, en revanche, limpide. Et fascinante.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Dancing Arabs (V.O., s.-t.a.)

★★★★

Réalisation : Eran Riklis. Avec Tawfeek Barhom, Daniel Kitsis, Ali Suliman, Yael Abecassis, Michael Moshonov. Israël, 2014, 105 minutes.