Le FIFA salue «Before the Last Curtain Falls»

Une scène de «Before the Last Curtain Falls» de Thomas Wallner, gagnant du Grand Prix du FIFA.
Photo: Source FIFA Une scène de «Before the Last Curtain Falls» de Thomas Wallner, gagnant du Grand Prix du FIFA.

Le documentaire Before the Last Curtain Falls de Thomas Wallner, une coproduction Canada, Belgique, Allemagne sur le dernier tour de piste de travestis vieillissants a récolté dimanche le Grand Prix au 33e Festival international du film sur l’art (FIFA). Rappelons que, du 19 au 29 mars, 243 films de 29 pays étaient au programme de ce rendez-vous.

Le prix du jury a été décerné ex aequo à Concrete Love de Maurizius Staerkle-Drux, produit par l’Allemagne et la Suisse, suivant au quotidien l’architecte allemand nonagénaire Gottfried Böhm, ainsi qu’à Art War de l’Allemand Marco Wilms, sur le foisonnement créatif des artistes du Caire sous les soulèvements de la place Tahir. C’est La part de l’ombre d’Olivier Smolders (France/Belgique), faux documentaire sur la disparition non élucidée du photographe hongrois Oskar Benedek en 1944, qui est le lauréat du Prix de la Création.

Le laurier de la meilleure réalisation canadienne francophone coiffe le court métrage Une courte histoire de la folie d’Isabelle Hayeur, film de danse contemporaine remontant le cours des traitements de la maladie mentale au Québec du XIXe siècle à aujourd’hui. Mais c’est Strange and Familiar : Home, Hope and Architecture on Fogo Island de Katherine Knight et Marcia Connolly, sur un village de Terre-Neuve trouvant dans une architecture unique des leviers de transformation sociale, qui fut classé meilleure oeuvre canadienne. Black and Tan Fantasy/Répétition de Mario Côté sur une chorégraphie de Françoise Sullivan créée à Harlem en 1947 avec musique de Duke Ellington a reçu la palme Tremplin pour le monde.

Quant au Prix du meilleur portrait, il échoit à I’m a Creative Animal de Barbara Seiler (Suisse-Allemagne), qui s’est penchée sur la soprano et chef d’orchestre canadienne Barbara Hannigan. Parmi les autres lauriers attribués, celui du meilleur reportage à Ballet Boys du Norvégien Kenneth Elvebakk sur les splendeurs et misères de l’apprentissage de la danse et celui du meilleur film éducatif à The Skies Over Dresden du Néerlandais Paul Cohen sur le chef d’orchestre Hartmut Haenchen qui fut longtemps suivi par la Stasi dans sa RDA natale. Le retour est le mouvement du Tao du Français Michel Mollard, avec Zhu Xiao-Mei interprétant Les variations Goldberg a reçu le prix du meilleur essai.

À voir en vidéo