Deux Dolan et un Lafleur s’affrontent dans la course aux Jutra

La tuque sur la tête, le cinéaste Ricardo Trogi félicite Julianne Côté, que l’on peut voir dans Tu dors Nicole, de Stéphane Lafleur, qui récolte neuf nominations à la prochaine cérémonie des Jutra.
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir La tuque sur la tête, le cinéaste Ricardo Trogi félicite Julianne Côté, que l’on peut voir dans Tu dors Nicole, de Stéphane Lafleur, qui récolte neuf nominations à la prochaine cérémonie des Jutra.

Pas de grandes surprises ni d’omissions scandaleuses lundi matin lors du dévoilement des nominations aux Jutra. On attendait un raz de marée pour Mommy, mais si le film événement de Xavier Dolan domine la course avec dix nominations (en plus d’être cité au film s’étant le plus illustré hors Québec et de recevoir le Billet d’or des meilleures recettes au box-office), le voici talonné de près par la délicieuse et tonique comédie Tu dors Nicole, de Stéphane Lafleur, qui en récolte neuf.

Tom à la ferme du même Xavier Dolan est cité huit fois, tout comme 1987 de Ricardo Trogi, autre grand succès de 2014. Il y aura du Dolan Mommy contre Dolan Tom à la ferme, et ce, dans les plus grosses catégories : meilleur film, réalisation, scénario, montage. André Turpin est nommé à la meilleure caméra pour les deux films de Dolan, mais sera sans doute porté par la vague Mommy. Mis à part André Turpin, l’équipe de Mommy brillait par son absence lundi lors du dévoilement des favoris, comme aux nominations des Écrans canadiens. Mais certains de ses membres sont à New York, Suzanne Clément est à Paris. Cela fait un trou.

Mommy demeure le favori pour la cérémonie du 15 mars prochain qu’animeront Pénélope McQuade et Stéphane Bellavance, à 20 h au Monument-National avec rediffusion télévisée canadienne. Il devrait récolter la manne dans les gros volets : film, réalisation, montage, scénario. Anne Dorval comme meilleure actrice est dure à battre, ainsi que Suzanne Clément, pour la meilleure actrice de soutien. Mais sait-on jamais ? Évelyne Brochu, citée pour son rôle de fausse conjointe dans Tom à la ferme (qu’elle avait d’abord joué au théâtre dans la pièce de Michel Marc Bouchard), se disait hier honorée de concourir contre Suzanne Clément pour Mommy, la favorite.

Meilleur film

Les titres en lice pour le meilleur film sont, outre les deux Dolan, Enemy de Denis Villeneuve (qui aurait pu récolter davantage que trois nominations), 1987, l’excellente comédie de Ricardo Trogi, 3 histoires d’Indiens, fascinant triptyque de Robert Morin sur la condition des autochtones, ainsi que Tu dors Nicole. Celui-ci concourt ainsi dans les catégories film, réalisation, scénario, actrice (Julianne Côté), actrice de soutien (Catherine St-Laurent), acteur de soutien (Francis La Haye, vraiment exceptionnel), meilleure photographie (Sara Mishara) etc.

Du côté de Tom à la ferme, on s’étonne de l’absence aux nominations de Xavier Dolan dans la catégorie du meilleur acteur. D’autant plus que Lise Roy est citée à la meilleure actrice, Pierre-Yves Cardinal et Évelyne Brochu aux interprétations de soutien. Ne manque en somme que l’acteur principal. Le fait que Dolan soit présent dans autant de catégories pour deux films lui a sans doute nui comme acteur.

Cinq citations pour 3 histoires d’Indiens de Robert Morin (nommé au meilleur film, mais non à la réalisation), et tout autant pour le tendre Henri Henri de Martin Talbot. Quatre nominations pour La petite reine, dont un pour Laurence Leboeuf. Trois pour Enemy de Denis Villeneuve (cité à la réalisation, mais non au meilleur film), tout autant pour le conte inuit Maïna de Michel Poulette, Meetings with a Young Poet de Rudy Barichello et pour l’incursion moderne inuite Uvanga de Marie-Hélène Cousineau et Madeline Ivalu.

Des choix déchirants

Quarante longs métrages québécois avaient pris l’affiche en 2014, mais certains en coup de vent. Ce n’était pas une année d’abondance débouchant sur des choix déchirants. Comme l’expliquait au Devoir, la directrice générale de Québec Cinéma, Ségolène Roederer : « Cette année, il y avait clairement des films qui émergeaient. Par contre, d’autres, très jolis, pas assez vus, ont été notés par le jury. »

Dans la catégorie meilleurs documentaires, concourent des films fort honorables, comme la mosaïque Autoportrait sans moi de Danic Champoux, le touchant Bà Nôi sur la grand-mère vietnamienne de Khoa Lê, le bouleversant De prisons en prisons de Steve Patry, sur la difficile réinsertion sociale, Le mystère Macpherson de Serge Giguère sur l’ami de Félix Leclerc et héros du film d’animation de Martine Chartrand. Ajoutez l’ultra sensible La marche à suivre de Jean-François Caissy, sur la réalité scolaire en milieu rural.

Aux courts métrages, à l’animation, citons des titres comme Jutra, Nul poisson où aller et Soif. Côté fictions, des oeuvres comme Anatomie, Chaloupe et Toutes des connes.

Évelyne Brochu est en nomination pour son rôle dans Tom à la ferme, de Xavier Dolan.


À voir en vidéo