Y a-t-il un pilote dans l’avion?

Un Nicolas Cage ahuri tient le rôle d’un pilote d’avion volage dans «Left Behind».
Photo: Films Séville Un Nicolas Cage ahuri tient le rôle d’un pilote d’avion volage dans «Left Behind».

Afin de promouvoir la sortie américaine de Left Behind de Vic Armstrong, cascadeur ascendant tâcheron à qui l’on doit le médiocre Army of One avec l’exécrable Dolph Lundgren, les publicistes ont eu l’idée d’y aller de quelques citations à saveur religieuse. Un exemple ? N’allez pas voir ce film en compagnie d’un non-croyant. À cela, nous aimerions ajouter notre grain de sel : n’allez pas voir ce film en compagnie d’un cinéphile.

De fait, on aura beau laisser ses préjugés de mécréant au vestiaire, force sera d’admettre au cours de la projection que cette nouvelle mouture de la série de films tirés du best-seller de Jerry B. Jenkins et Tim LaHaye a peu ou prou de qualités cinématographiques. Et ce n’est pas la présence ahurie de Nicolas Cage dans le rôle d’un pilote d’avion volage qui pourra y remédier.

Par endroits, Left Behind ferait passer Piché entre ciel et terre pour un chef-d’oeuvre impérissable tant Armstrong peine à rendre un tant soit peu crédible le drame aérien se déroulant sous nos yeux.

Film-catastrophe de propagande chrétienne, Left Behind met en scène une étudiante (Cassi Thomson), quelque peu brouillée avec sa mère (Lea Thompson), folle de Dieu, qui surprend son père (Cage) sur le point de s’envoyer en l’air avec une hôtesse de l’air sexy (Niky Whelan). Tandis que ce dernier s’embarque pour Londres, des millions d’êtres humains disparaissent spontanément en même temps. Vous devinerez aisément que ces âmes pures ont été rappelées à Dieu de la même manière que le fut la Vierge.

Pendant que les pauvres pécheurs s’agitent à l’écran, les spectateurs auront envie de se mettre à genoux et d’attendre leur délivrance. Ils pourront tout aussi bien rire du jeu artificiel des acteurs et des répliques évoquant lourdement la Parole du Seigneur. Sans doute se désoleront-ils de la photographie terne, des cadrages sans recherche et de la trame sonore de centre commercial comprenant sexy sax, piano mélo et violons sirupeux. Quelques mois après la sortie du psychotronique Son of God, comment ne pas venir à la triste conclusion que les drames religieux ont connu de meilleurs jours ?

V.O. : Forum.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Left Behind

Réalisation : Vic Armstrong. Avec : Nicolas Cage, Cassi Thomson, Chad Michael Murray et Niky Whelan. États-Unis, 2014, 110 minutes