Belles chicanes en famille

Bill Hader et Kristen Wiig savent faire rire depuis longtemps, grâce à une complicité d’abord établie à Saturday Night Live.
Photo: Columbia Pictures Bill Hader et Kristen Wiig savent faire rire depuis longtemps, grâce à une complicité d’abord établie à Saturday Night Live.

Aborder des sujets aussi graves et aussi lourds que le suicide et les agressions sexuelles d’une manière, disons, légère sans être désinvolte, ce n’est pas donné à tous les cinéastes. Craig Johnston (True Adolescents) réussit le test avec mention fort honorable dans The Skeleton Twins, une comédie oscillant, parfois sans crier gare, entre le tragique, le trivial et même le vulgaire (avec une retenue salutaire).

La symbiose mentale des jumeaux est peut-être un mythe, mais Maggie (Kristen Wiig) et Milo (Bill Hader), elle à New York, lui à Los Angeles, caressent tous les deux l’envie d’en finir. Maggie sera freinée dans son élan par un coup de fil de l’hôpital, son frère, acteur raté et homosexuel au coeur brisé, ayant usé de méthodes plus brutales, mais inabouties. Elle l’invite à venir s’installer quelque temps dans sa maison, une offre étrange considérant qu’ils sont en brouille depuis 10 ans.

Cette cohabitation, observée avec amusement par Lance (Luke Wilson), le conjoint débonnaire de Maggie, ne cesse de réveiller tensions et vieux démons, Milo remportant la palme du cynisme, renouant au passage avec un ancien professeur (Ty Burrell) qui fut, à l’adolescence, son premier amant. Quant à Maggie, elle multiplie les incartades sexuelles, question de fuir une union ennuyeuse, tout enessayant vainement de se rapprocher de Milo, souvent toutes griffes dehors, incapable de tenir sa langue, avec les périls que cela suppose.

De l’humour, du charme, une certaine mélancolie dans un décor automnal typiquement côte est : The Skeleton Twins regorge de tout cela, sans excès ni fioritures, mettant à l’avant-plan des personnages conscients de leur banalité, et prêts à toutes les excentricités pour se prouver le contraire. Les jumeaux profiteront d’ailleurs de l’Halloween, lors d’une soirée haute en couleurs, pour faire tomber les masques, un événement parmi d’autres où ce duo désaccordé sème la zizanie, parfois bien malgré eux. À ce chapitre, la visite de leur mère (suave Joanna Gleason en nouvel-âgiste un peu fêlée) ressemble aussi à quelque chose qui frise l’horreur…

Festival de la réplique amusante ou assassine, carrousel de chicanes et de complicités fraternelles, The Skeleton Twins emporte vite l’adhésion grâce à une galerie remarquable d’acteurs, peu importe l’importance du rôle, à commencer par le duo infernal formé de Kristen Wiig et Bill Hader. Ces deux-là savent faire rire depuis longtemps, grâce à une complicité d’abord établie à Saturday Night Live, transposée ici avec le même souci d’efficacité, mais avec un grand supplément d’âme. Ils atteignent d’ailleurs des sommets dans un karaoké improvisé sur l’air de Nothing’s Gonna Stop Us Now, du groupe Starship. Qui aurait cru que les synthés des années 1980 feraient régner la paix fraternelle !

V.O. : Forum.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

The Skeleton Twins

★★★★

Comédie dramatique de Craig Johnston. Avec Bill Hader, Kristen Wiig, Luke Wilson, Ty Burrell. États-Unis, 2014, 93 min.