La torture des tortues

Les tortues ninja sont de retour... en version numérique.
Photo: Paramount Pictures Les tortues ninja sont de retour... en version numérique.

Il existe une différence entre un film de Michael Bay et une production de Michael Bay : la puissance des pétards et la renommée de ceux et celles qui les manipulent. Lorsqu’il ne joue pas au cinéaste (The Island, Pain Gain), il laisse aux plus jeunes le soin de manipuler des joujoux moins prestigieux, comme cette nouvelle variation de l’univers des Tortues ninja, bande dessinée des années 1980 déclinée par la suite en films de série B et en animation industrielle pour la télévision.

 

Le but avoué de cette résurrection orchestrée par Jonathan Liebesman (Wrath of the Titans) ? Convertir une nouvelle génération à ces animaux gonflés à l’hélium, redresseurs de torts à la dextérité étonnante, bavards comme s’ils avaient été mis au monde par des scripteurs de sitcoms. Tentative mercantile de profiter des possibilités de l’imagerie numérique (exit les pauvres cascadeurs souffrant et suant dans des costumes trop lourds), ce Ninja Turtles « redux » dresse d’abord la table pour les spectateurs pas très au fait de cet univers coloré, fantaisiste et bagarreur. De là à dire que le scénario ressemble à un guide touristique…

 

Une fois le rappel historique (hum…) terminé, place aux choses sérieuses, du moins celles qui agitent Michael Bay et sa bande, essayant de nous faire croire que New York est à nouveau au bord du gouffre, cette fois à cause d’un groupe criminel aux méthodes musclées. Une journaliste en mal de crédibilité (Megan Fox, à deux injections de Botox du Musée Grévin) découvre qu’un quatuor de tortues ninja pourrait contrecarrer leurs ambitions, et surtout celles de la tête dirigeante (William Fichtner, s’ennuyant autant que nous), variation paresseuse du savant fou doublé du requin de la finance.

 

Après le bavardage, place au tapage, et il se révèle aussi puissant qu’écervelé, enfilade de cascades interminables et de bagarres de sabres bien aiguisés, où se profile un méchant arborant le look métallique d’un autre magasin de jouets de Michael Bay, celui de la bannière Transformers. Les artisans de cette production de la dernière chance ne lésinent sur rien, sauf peut-être sur un semblant d’intelligence et d’humour, deux choses trop souvent absentes de cette séance de torture que nous infligent quatre tortues numérisées.

Teenage Mutant Ninja Turtles (v.f. : Les tortues ninja)

★★

Réalisation : Jonathan Liebesman. Scénario : Josh Appelbaum, André Nemec, Evan Daugherty. Avec Megan Fox, Will Arnett, William Fichtner, Whoopi Goldberg. Image : Lula Carvalho. Montage : Joel Negron, Glen Scantlebury. Musique : Brian Tyler. États-Unis, 2014, 101 min. V.O. : Cinéma Banque Scotia, Place LaSalle, Cavendish, Colisée Kirkland, Côte-des-Neiges, Lacordaire, Des Sources, Sphèretech, Marché Central V.F. : Quartier latin, Place LaSalle, StarCité, Lacordaire, Marché Central