L’imagination qui donne des ailes

La métaphore est reine, l’image est lyrique, et des ailes sont données à l’homme en fauteuil roulant, des jambes surgissant dans le désert.
Photo: Office national du film La métaphore est reine, l’image est lyrique, et des ailes sont données à l’homme en fauteuil roulant, des jambes surgissant dans le désert.

Voir un film comme Ariel, qui fait jongler le documentaire social et intimiste au surréalisme de certaines images, c’est apprécier, comme dans l’oeuvre précédente de Laura Bari, Antoine, une sensibilité d’auteur mêlée à un regard d’artiste et à quelque chose de plus : l’invitation à dépasser ses limites pour apprendre à voler.

 

Laura Bari a filmé sur une période d’une dizaine d’années son frère Ariel, qui vit à Mendoza, en Argentine, et a perdu ses jambes en réparant une machine industrielle. Souvent seule avec sa caméra et l’équipement sonore, elle capte des moments fragiles, volés au réel : un accès de violent désespoir d’Ariel, le départ de sa compagne et de ses filles, qui souffraient des frustrations du père, un dialogue entre deux femmes sur les hommes perçus comme des drôles d’oiseaux.

 

Avant tout, Ariel suit la remontée de celui qui était tombé, captée en parallèle avec des héros de la mythologie grecque. Car ici la métaphore est reine, et des ailes sont données à l’homme en fauteuil roulant, des jambes surgissent dans le désert. Les images lyriques prennent le pas ici et là sur le quotidien d’un homme qui entreprend de se fabriquer des prothèses hydropiques appelées à le redresser enfin ! Ariel a beau être un inventeur capable de mener à bien son projet, il doit aussi maigrir pour enfourcher ses nouvelles jambes, ce qui implique de longues séances de physiothérapie.

 

Documentaire expérimental sur la reconstruction, sur la création qui donne la force de vivre, mais aussi poésie visuelle et musicale, ode à l’imagination souveraine, confrontation avec les autres qui veulent aider et le peuvent parfois, Ariel constitue avant tout une merveilleuse porte ouverte sur la liberté.

Ariel

V.O. : Espagnol, s.-t. : français. Scénario, réalisation, image et montage : Laura Bari. Musique : Florencia Di Concilio. Québec, 2013, 90 minutes.