Un autre genre de mise en abyme

Le cinéaste français Philippe Claudel lors de son passage à Montréal la semaine dernière.
Photo: Michaël Monnier - Le Devoir Le cinéaste français Philippe Claudel lors de son passage à Montréal la semaine dernière.

On retrouve Philippe Claudel dans un hôtel cossu du centre-ville de Montréal. La poigne franche, le regard — et le propos — à l’avenant, le cinéaste (Il y a longtemps que je t’aime, Tous les soleils) et écrivain (Les âmes grises) a fait le voyage depuis la Lorraine pour venir défendre Avant l’hiver, son plus récent long métrage sorti fin novembre en France et qui prend l’affiche au Québec vendredi prochain. Un film né « d’un désir d’explorer la détresse humaine latente d’un homme qui, lorsqu’on le rencontre, paraît vivre un bonheur parfait », dixit l’auteur.

 

Les présentations surviennent en été. Paul (Daniel Auteuil), un neurochirurgien, et Lucie (Kristin Scott Thomas), sa femme qui s’occupe de leurs magnifiques jardins, reçoivent leurs amis pour un déjeuner sur l’herbe. Entre les hôtes, oeillades tendres, sourires chaleureux. Bonheur et félicité.

 

Jusqu’à cette rencontre fortuite, dans un café, près de la clinique privée de Paul. Lou (Leïla Bekhti), une serveuse, affirme qu’elle le connaît, qu’il l’a déjà opérée gamine. L’automne et sa bise venus, Paul reçoit chaque jour des bouquets de roses de la part d’une admiratrice anonyme. S’agit-il de Lou ?

 

Après avoir accusé cette dernière, Paul se prend pour elle d’un intérêt platonique, mais sincère. Il ne dit rien à Lucie, qui ne lui dit pas tout non plus. Entre les époux, regards fuyants, visages crispés. Douleur et anxiété. Vient l’hiver…

 

« Pour la première fois de sa vie trop rangée, Paul s’est écarté du sentier tout tracé qu’il a toujours suivi jusque-là. Ce qu’il découvre est terrifiant. Tout, sa profession, ses amis, son mariage… Sa vie, son monde, en somme, tout cela lui apparaît soudain étranger », explique le cinéaste.

 

« Paul ne s’est jamais posé de questions. C’est quelqu’un de passif, qui s’est toujours laissé porter par le courant. Lorsqu’il l’examine enfin, il réalise que son bonheur n’est rien d’autre qu’un simulacre. C’est ce qu’il comprend au contact de Lou, qui lui laisse entrevoir un tout autre genre d’existence. »

 

Les couples se heurtent, se brisent, se broient, devant et derrière la caméra, en l’occurrence.

 

Pour une dernière fois

 

En effet, Philippe Claudel, qui retrouve Kristin Scott Thomas après le bouleversant Il y a longtemps que je t’aime, le confirme : entre eux deux, le divorce cinématographique est consommé.

 

« Il faut savoir que, sur mon premier film, on avait eu d’énormes engueulades. Kristin est une actrice extrêmement douée, et elle possède une beauté empreinte de tristesse qui m’émeut et que j’aime filmer. Bref… Nous nous étions réconciliés, mais je n’avais pas écrit le rôle de Lucie pour elle. Même que, lorsque je le lui ai proposé, elle a d’abord refusé car elle devait jouer sur Broadway au moment prévu pour le tournage. »

 

Le hasard faisant bien les choses, du moins pour les cinéphiles, la comédienne, qui a récemment annoncé qu’elle abandonnait le cinéma, trop frustrant, au profit des planches, plus gratifiantes selon elle, put se libérer.

 

« Ç’a été pire que la fois précédente. Jouer est un acte douloureux pour Kristin. Elle s’investit complètement ; elle est très entière. J’admire ça : elle est une actrice sublime. Mais elle avait des idées qui ne correspondaient pas à ce que je voulais et, en fin de compte, j’ai été obligé de dire : “ C’est mon film, voici ce que j’attends de toi. ” Il n’y aura pas de troisième collaboration. » Après les promesses printanières d’Il y a longtemps que je t’aime, place au givre.

 

Pourtant, aucune tension ne transparaît. Le cinéaste et sa muse semblaient si bien travailler ensemble. Comme quoi, derrière un bonheur apparent…

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.