Le cinéma québécois, invité d’honneur à Guadalajara

Gabrielle, de Louise Archambault, sera projeté à la soirée d’ouverture du Festival de Guadalajara.
Photo: Films Séville Gabrielle, de Louise Archambault, sera projeté à la soirée d’ouverture du Festival de Guadalajara.

L’Espace Mexico, rue Peel à Montréal, était bondé vendredi pour la conférence de presse du 29e Festival international du film de Guadalajara, dont l’invité d’honneur sera le Québec, du 21 au 30 mars. Une délégation mexicaine s’était déplacée et le ministre de la Culture et des Communications Maka Kotto a rappelé à quel point le cinéma mexicain est représenté dans nos festivals alors que les films québécois voyagent de leur côté partout. Il assistera à la soirée d’ouverture avec projection de Gabrielle de Louise Archambault. Plusieurs cinéastes québécois seront du voyage à Guadalajara, au centre du Mexique.

 

Le directeur du festival, Iván Trujillo-Bolio, a expliqué que la manifestation est née en 1986, alors que le cinéma national traversait une crise profonde, avec seulement 12 longs métrages mexicains produits dans l’année. « Aujourd’hui, le festival est le rendez-vous obligatoire du cinéma latino-américain. »

 

Nos films sont encore mal connus au Mexique. D’où cette fenêtre ouverte. Une soixantaine d’oeuvres québécoises des dernières années seront au programme : Camion de Rafaël Ouellet, Rebelle de Kim Nguyen, Sarah préfère la course de Chloé Robichaud. Plusieurs documentaires et courts métrages font partie du lot.

 

Quant au cinéaste Denis Côté, il aura droit à une rétrospective complète de ses films, y compris Que ta joie demeure, lancé récemment à la Berlinale. Le dixième anniversaire de Wapikoni mobile sera célébré avec présentation d’une dizaine de courts métrages tournés dans les réserves autochtones ; l’intérêt pour les Premières Nations constituant un pont entre le Québec et le Mexique.

 

Depuis 2001, une cinématographie étrangère est mise en lumière à Guadalajara. « Mais jamais le festival n’avait présenté autant de films dans ce cadre, déclare Christiane Pelchat, déléguée du Québec à Mexico. Il y en aura 67, c’est un record là-bas. Par ailleurs, les Mexicains sont très conscients de l’influence et du rayonnement des cinéastes québécoises. » Une rencontre Québec-Mexique des femmes du cinéma et de la télévision se déroulera là-bas, pour une seconde année consécutive.

À voir en vidéo