FCIAT – La Belgique triomphe à Rouyn-Noranda

Le Grand Prix Hydro-Québec remis par le public a sacré Tot Altijd («Pour toujours»), du Flamand Nic Balthazar, meilleur film.
Photo: eyeworks Le Grand Prix Hydro-Québec remis par le public a sacré Tot Altijd («Pour toujours»), du Flamand Nic Balthazar, meilleur film.

Après six jours de projections des plus hétéroclites, les spectateurs et les différents jurys du 32e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue (FCIAT) ont rendu leurs verdicts jeudi soir dans le foyer du Théâtre du cuivre à Rouyn-Noranda. Aux vues des résultats, on peut en conclure qu’il y a eu un coup de cœur collectif pour la Belgique.

En effet, le Grand Prix Hydro-Québec remis par le public a sacré Tot Altijd («Pour toujours»), du Flamand Nic Balthazar, meilleur film. Ce drame biographique, qui relate le combat de Mario Verstraete en faveur de la légalisation du suicide assisté, a grandement ému.

Idem pour l’œuvre de son compatriote Peter Monsaert, Offline, sur la difficile réinsertion d’un ex-détenu au lourd passé. Présenté en début de semaine, ce long métrage a eu la faveur du jury œcuménique piloté par l’organisme Communications et société.

Le Prix Télébec du meilleur court métrage est allé à l’Américain Shane Atkinson pour Penny Dreadful, récit d’une fillette étrange qui fait regretter à son kidnappeur maladroit de l’avoir enlevée. Du côté des courts métrages d’animation, l’Espagnol Ander Mendia et son Beerbug, qui conte les vaines tentatives d’un garagiste pour siroter sa bière, l’ont emporté.

Enfin, le formidable Mémorable moi de Jean-François Asselin (Les pêcheurs), satire féroce de l’existence virtuelle primant désormais presque sur la vraie, est reparti avec le Prix Télé-Québec à la suite d'un vote du public destiné à récompenser le meilleur court métrage québécois.

Cette année, hommages furent rendus au distributeur Armand Lafond, propriétaire d’Axia Films, tandis qu’au Centre d’exposition de Rouyn-Noranda, on s’est souvenu de Gilles Carle avec l’exposition itinérante Parce que c’est lui. L’édition 2013 du FCIAT aura vu défiler 134 productions, dont près d’une cinquantaine de premières, venues de 26 pays.

François Lévesque est l’invité du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue.