Tom à la ferme séduit le public et les distributeurs

Accusé de narcissisme par le Hollywood Reporter, Xavier Dolan assure s’accrocher à la réaction à chaud du public de la Mostra, qui a gratifié le film d’une ovation de 12 minutes.
Photo: Agence France-Presse (photo) Gabriel Bouys Accusé de narcissisme par le Hollywood Reporter, Xavier Dolan assure s’accrocher à la réaction à chaud du public de la Mostra, qui a gratifié le film d’une ovation de 12 minutes.

Une ovation de douze minutes, beaucoup de louanges, et un camouflet aux allures de règlement de comptes : tel fut l’accueil réservé à Tom à la ferme, l’histoire tordue d’un publicitaire qui, après le décès de son amant, séjourne chez une belle-famille qui ignorait tout de son existence. Présenté lundi en première mondiale à la 70e Mostra de Venise, le plus récent long métrage de Xavier Dolan jouit d’un « bon buzz », comme on dit dans le jargon du milieu.

 

On a beau relativiser, plus l’événement est important - et la Mostra est l’un des rendez-vous cinématographiques les plus prestigieux du monde -, plus la première impression qu’y fait une oeuvre compte. Les distributeurs sont aux aguets.

 

Déjà, Tom à la ferme a été vendu dans plus d’une dizaine de pays. Cette semaine, au Festival international du film de Toronto (TIFF), ce sera au tour des distributeurs américains de se pencher sur son cas.

 

« Je m’accroche aux premiers échos, ceux de la salle lundi soir ; ces applaudissements, ces larmes dans les yeux de plusieurs spectateurs, confie Xavier Dolan. La suite demeure aléatoire, imprévisible. Le film ne m’appartient plus, il appartient aux gens. Les critiques sortent. Il y en a des positives et des négatives. » Dans les faits, un consensus favorable s’est vite dessiné, à un couac près.

 

Le pot

 

L’une des premières critiques à paraître fut celle du Hollywood Reporter, dans laquelle l’auteur David Rooney, apparemment incapable de démolir le film, s’en est pris au cinéaste, qu’il accuse de narcissisme, un mot qui revient sous différentes déclinaisons. «Xavier Dolan possède un oeil extraordinaire, comme en témoignent les compositions visuelles saisissantes de Tom à la ferme. Et cet oeil passe un temps considérable posé sur le scénariste-réalisateur québécois lui-même, puisqu’il joue le rôle-titre dans le film.» Paradoxalement, Rooney consent que Dolan est un acteur accompli. Le reste du texte est à l’avenant, chaque qualité se muant en défaut.

 

Le cinéaste, qui a répliqué du tac au tac au journaliste sur le réseau Twitter, avoue n’avoir aucun respect pour ce type d’articles. « Je connais très bien David Rooney. C’est quelqu’un qui m’attaque avec plaisir depuis longtemps. J’ai très peu d’estime pour les critiques qui manquent d’éthique, qui s’attaquent aux individus plutôt qu’aux films. » Au sujet du narcissisme lié à sa présence à l’écran, Xavier Dolan rappelle l’exemple de Woody Allen. On pourrait aussi citer Rainer Werner Fassbinder, Julie Delpy, Orson Welles…

 

Les fleurs

 

Une brève recension critique confirme que Rooney fait bande à part. « Tom à la ferme, un thriller psychologique du meilleur cru, confirme le talent du réalisateur canadien Xavier Dolan […]. Derrière le film à suspens - réussi - se cache un autre film, beaucoup plus subtil, sur le deuil amoureux et l’amour entre trois individus », déclare Le Monde.

 

De son côté, Libération titre sans ambages Xavier Dolan, un grand « Tom », avant de poursuivre dans la même veine : « Une fois encore, le réalisateur québécois témoigne de sa puissance de feu stylistique […]. Si le coup de force transfigurateur du récit manque un instant de nous perdre et si pareille mutation forcenée ne s’effectue pas sans quelques maladresses et traits de mise en scène appuyés, l’emportent surtout le culot et la séduction étranges qui nourrissent en Tom à la ferme l’un des films les plus singuliers de cette Mostra. » Un peu partout, on souligne la qualité de la direction photo du Québécois André Turpin (Incendies), et celle de la partition du Français Gabriel Yared (Le talentueux M. Ripley).

 

Quant aux chances du film de séduire un distributeur américain au TIFF, la critique dithyrambique de Variety ne devrait pas nuire. « Le film le plus accompli et divertissant de Dolan à ce jour, il s’agit aussi de celui possédant le plus de potentiel commercial », tranche en effet la bible des professionnels de l’industrie. Tom à la ferme prendra l’affiche au Québec en novembre.

À voir en vidéo