Le dernier Xavier Dolan frappe fort à Venise

Le jeune réalisateur québécois Xavier Dolan a frappé très fort avec son quatrième long métrage, Tom à la ferme, thriller psychologique décoiffant, en compétition lundi à Venise, qu’il qualifie aussi d’« histoire d’amour entre rat des villes et rat des champs ». Douze minutes d’ovation. Du rarement vu là-bas. Le film, adapté de la pièce de théâtre du même nom de Michel Marc Bouchard, a séduit les critiques et pourrait bien ravir aussi le jury présidé par Bernardo Bertolucci, qui remettra le lion d’or samedi.

« Si le coup de force transfigurateur du récit manque un instant de nous perdre et si pareille mutation forcenée ne s’effectue pas sans quelques maladresses et traits de mise en scène appuyés, l’emportent surtout le culot et la séduction étranges qui nourrissent en Tom à la ferme l’un des films les plus singuliers de cette Mostra », écrit Julien Gester dans Libération.

« Tom à la ferme, un thriller psychologique du meilleur cru, présenté en compétition, confirme le talent du réalisateur canadien Xavier Dolan, peut-on lire dans Le Monde sous la plume de Franck Nouchi. Ce pourrait donc être un film de Dolan de plus s’il n’avait décidé de s’attaquer à un genre majeur du cinéma : le thriller hitchcockien. »

« C’est un thriller psychologique, mais c’est aussi une histoire sur le deuil amoureux et une histoire d’amour entre trois individus, même si la manière dont ils la vivent peut paraître étrange », explique pour sa part Xavier Dolan.

À voir en vidéo