Fantasia: une 17e édition réussie

Le Festival international de films Fantasia s’est officiellement conclu mercredi à l’issue de trois semaines de projections s’étant déroulées sous le signe de l’étrange, de l’inusité et de la découverte. Au total, les cinéphiles montréalais ont pu choisir parmi quelque 131longs métrages en provenance de 31 pays.

 

Cette année, ils ont été plus de 125 000 à se masser devant les écrans du Cinéma Impérial, de la salle J.A. de Sève et de la Cinémathèque québécoise. Il s’agit d’une augmentation de 15 % par rapport à l’affluence de l’an dernier.

 

En tout, 60 % des représentations ont eu lieu à guichet fermé, dont celle du film d’ouverture, Field of Straw, un thriller controversé du cinéaste japonais Takashi Miike présenté en première canadienne après avoir été sélectionné en compétition officielle à Cannes au printemps. Même cas de figure pour la comédie fantastique The World’s End. Venus présenter cette histoire loufoque d’invasion extraterrestre, le réalisateur britannique Edgar Wright et sa vedette Nick Frost (responsables du succès culte Shaun of the Dead) ont eu droit à une ovation soutenue.

 

Parmi les événements spéciaux, le dévoilement le 31 juillet de la nouvelle version restaurée par l’organisme Éléphant : la mémoire du cinéma québécois du film Un zoo la nuit s’est également tenu dans un Impérial bondé non seulement de dignitaires, mais surtout de jeunes cinéphiles curieux de découvrir l’oeuvre de Jean-Claude Lauzon. Les organisateurs se sont par ailleurs dits ravis du succès des projections extérieures gratuites, à la place des Festivals, devant environ 8500 spectateurs.

À voir en vidéo