Frisson bohème

Le cinéaste Michel Gondry sur le tapis rouge lors de l’ouverture du 48e Festival international du film de Karlovy Vary, vendredi.
Photo: Festival international du film de Karlovy Vary Le cinéaste Michel Gondry sur le tapis rouge lors de l’ouverture du 48e Festival international du film de Karlovy Vary, vendredi.

Le 48e Festival international du film de Karlovy Vary (FIFKV) s’est ouvert vendredi dans une ville thermale visiblement déstabilisée par l’air frais qui s’est engouffré entre ses deux flancs hauts surmontant Teplá. Plombé par la canicule à pareille date l’an dernier, l’événement nous la joue cette année frissonnant. Par conséquent, les chauffe-terrasses fonctionnent à plein régime sur les deux rives, et la foule, habillée pour tous les temps, se masse presque par besoin autour de son quartier général, j’ai nommé l’hôtel Thermal, vestige de béton soviétique qui jure avec le style néoromantique de la cité aux tons pastels.

Cela dit, comme partout ailleurs, le tapis officiel ici est rouge. Dessus, vendredi soir, toute une armée de vedettes nationales a défilé avant la projection en ouverture de l’imparfait mais survolté L’écume des jours de Michel Gondry (lire la critique d’Odile Tremblay dans le cahier Culture), chaleureusement applaudi par le public.


Avec quelques confrères présents, Gondry était une des rares têtes d’affiche internationales à participer à ce rituel auquel manquait Audrey Tautou, absente pour cause déclarée d’accident de vélo. Son allure de souris et sa tignasse noire auraient savoureusement contrasté avec l’allure du star-system local. Nous sommes ici dans un monde où les modèles de beauté s’appellent Svetlana, et ceux de puissance, Vladimir. Ils se démultiplient à l’infini, sous tous les formats, drapés dans de la haute couture ou boudinés dans du toc, blond teint ou naturel.


Ciné tchèque


C’est la moindre des courtoisies, lorsqu’on participe à un festival à l’étranger, de s’intéresser à la cinématographie du pays hôte. Après tout, les événements comme celui de Karlovy Vary servent de tremplin au cinéma tchèque, qui pour sa part profite du carrefour de talents venus de tous les horizons pour s’inspirer.


La patrie de Milos Forman et Jiri Menzel produit entre 15 et 20 longs métrages par année et, comme au Québec, attribue annuellement des statuettes à ceux qui sont jugés les meilleurs par les gens de l’industrie. En 2012, neuf de ces statuettes, y compris celles du meilleur film et de la meilleure réalisation, sont allées à In the Shadow (Ve Stinu), un film noir désenchanté signé David Ondricek et projeté au FIFKV dans la section répertoriant la production de l’année qui vient de s’écouler.


Exemple d’efficacité minimaliste, le film est campé dans le Prague de l’après-guerre, à l’heure de réforme monétaire et des simulacres de procès de juifs soupçonnés par l’URSS de financer le sionisme en Israël. L’intrigue est complexe, mais le cinéaste tire les fils avec doigté, révélant au final un tableau d’époque évoquant, avec une belle éloquence, l’impasse dans laquelle le pays a été forcé de s’engager.


Le FIFKV étant le repaire estival de plusieurs milliers d’étudiants qui le fréquentent gratuitement, j’ai eu mon premier bain de jeunesse vendredi soir à l’Espace d’Orléans, un chapiteau de foire modèle ballon gonflable jouxtant l’hôtel Thermal. Le film projeté portait un titre bien de circonstance : Youth. Nous sommes à Tel-Aviv. Deux frères, l’un soldat, l’autre pas, kidnappent une jeune fille de bonne famille dans l’espoir d’en tirer une rançon qui permettra à leurs parents de sauver leur appartement de la saisie. Tom Shoval, qui signe un premier long métrage habile et maîtrisé, raconte cette histoire à l’avant-plan, mais en joue une plus importante, en sourdine, à l’arrière-plan. Au dernier acte, la fusion des deux crée une explosion émotionnelle inattendue.


D’autres surprises m’attendent, du moins j’espère, durant le long week-end. Surveillez mes prochains comptes rendus sur LeDevoir.com.


 

Collaborateur


 

Martin Bilodeau séjourne en République tchèque à l’invitation du Festival international du film de Karlovy Vary.

À voir en vidéo