Coup d’œil à 50 ans d’événements marquants

Le Devoir Collaboration spéciale

Ce texte fait partie du cahier spécial Cinémathèque québécoise

2011 Refonte intégrale du site web par l’agence Kryzalid.
 
2009 Mise en ligne du Répertoire audiovisuel du Québec, créé par la Cinémathèque en partenariat avec la SODEC, la Régie du cinéma et l’Institut de la statistique/Observatoire de la culture et des communications du Québec.
 
2008 La Cinémathèque réussit à éponger le déficit accumulé depuis plus de 10 ans.
Création du Grand Prix Focus–Cinémathèque québécoise.
Création du Prix de la Cinémathèque québécoise pour la meilleure œuvre québécoise ou canadienne.
Révision de la mission de la Cinémathèque pour inclure dorénavant toutes les déclinaisons des images en mouvement, dont les nouveaux médias.
 
2007 Célébration des 70 ans de la Cinémathèque française avec une présentation de 18 films récemment retrouvés, restaurés ou acquis par l’établissement français.
 
2006 Fin du mandat de six ans du président Kevin Tierney.
Rétrospective intégrale de l’œuvre de Norman McLaren présentée en première mondiale à la Cinémathèque.
 
2005 Nomination de Yolande Racine en tant que directrice générale.
Aménagement d’un entrepôt secondaire à Mirabel.
 
2004 La Cinémathèque se voit confier le mandat officiel de la conservation du dépôt légal du film.
Création de la Fondation de la Cinémathèque québécoise, ayant pour mission de soutenir financièrement les activités structurantes de la Cinémathèque.
 
2002 Après 30 ans à la barre, Robert Daudelin quitte la Cinémathèque et Robert Boivin lui succède à la direction générale.
Création des Sommets du cinéma d’animation de Montréal.
 
2001 L’exposition virtuelle De Nanouk à l’Oumigmag, le cinéma documentaire au Canada remporte le Grand Prix Boomerang 2001-Arts et culture.
 
1999 Création du site web de la Cinémathèque québécoise.
Rétrospective complète de l’œuvre de Gilles Carle : 50 films et vidéos réalisés depuis 1961.
 
1997 Ouverture de la nouvelle Cinémathèque québécoise, rénovée et agrandie, au 335, boulevard de Maisonneuve Est.
 
1996 Acquisition du cinématographe Lumière no 16.
 
1995 Les cinémathèques du monde célèbrent le centenaire du cinéma.
 
1992 Inauguration officielle du Centre de conservation rénové, à Boucherville.
 
1991 La projection-concert du film Metropolis, de Fritz Lang, fait salle comble à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des arts.
 
1989 Agrandissement des entrepôts de conservation à Boucherville.
Robert Daudelin est élu président de la FIAF.
 
1988 Première projection-concert avec I Musici de Montréal : La Nouvelle Babylone, de Leonid Trauberg et Grigori Kozintsev.
 
1987 La salle de projection est nommée en mémoire de Claude Jutra.
 
1982 Inauguration de la Maison du cinéma au 335, boulevard de Maisonneuve Est.
 
1981 Intégration formelle du Centre de documentation cinématographique aux fonctions de la Cinémathèque.
 
1980 Rétrospective du cinéma québécois à la Cinémathèque française : 48 séances à Chaillot et à Beaubourg.
 
1979 Lancement du premier numéro de Copie Zéro.
 
1978 Signature d’une entente-cadre avec le gouvernement québécois, qui reconnaît le mandat de la Cinémathèque.
Premiers numéros de la collection « Les dossiers de la Cinémathèque ».
 
1974 Construction des premiers entrepôts de conservation à Boucherville.
 
1973 Projet expérimental d’une cinémathèque sur cassettes vidéo avec le Vidéographe.
 
1972 La Cinémathèque installe ses bureaux au 360, rue McGill.
Nomination de Robert Daudelin en tant que directeur général et conservateur.
Organisation de la Quinzaine du cinéma canadien à Amsterdam.
 
1971 La Cinémathèque canadienne devient la Cinémathèque québécoise.Projections hebdomadaires à Québec (Laval) et à Trois-Rivières (Ciné-Campus).
 
1969 Les projections publiques s’installent à la Bibliothèque nationale, 1700, rue Saint-Denis.
Acquisition de la collection de Guy L. Coté.
 
1968 Publication du périodique bilingue Nouveau cinéma canadien/New Canadian Film.
 
1967 Publication, en deux éditions française et anglaise, de Comment faire ou ne pas faire un film canadien.
Rétrospective mondiale du cinéma d’animation présentée dans le cadre du Festival international du film de Montréal.
 
1966 Première adresse au centre-ville : 3685, rue Jeanne-Mance.

1965 Première saison complète de 250 séances de projections publiques à l’auditorium du Bureau de censure, situé au 360, rue McGill.

1964 Exposition sur Eric von Stroheim dans le cadre du Festival international du film de Montréal.

1963 Semaine sur Jean Renoir au cinéma Élysée, en présence d’Henri Langlois, conservateur de la Cinémathèque française.

À voir en vidéo