Derrière le succès de Life of Pi…

Alors que Life of Pi d’Ang Lee a créé la surprise aux Oscar en recevant, entre autres prix, la statuette de la meilleure réalisation, tout n’est pourtant pas rose au royaume des techniciens qui ont réussi à faire de cette animation 3D la réussite que l’on sait.

Déjà, en marge de la cérémonie, 500 artistes du numérique protestaient à Hollywood contre leurs conditions de travail et traitements injustes, alors que des pressions dues à la compétition et au financement international ont mené à la fermeture de studios. Or selon FXGuides, le vent de contestation cible le studio Rhythm and Hues, compagnie au siège social indien, derrière les effets de Life of Pi, lauréat dimanche soir des meilleurs effets visuels. Bien que le film ait atteint un box-office international dépassant 500 millions, Rhythm and Hues s’est mise sous la protection de la faillite plus tôt en février, arguant que Fox et Universal ont abaissé leur niveau de production et n’ont pas su profiter des crédits d’impôt canadiens. Les employés poursuivent la compagnie pour n’avoir su demeurer sur pied. Une plainte collective récente blâme le studio pour avoir licencié 250 personnes sans le nécessaire préavis écrit de 60 jours. Des artistes de Life of Pi (Fox) et Snow White and The Huntsman (Universal), qui ont travaillé nuits et fins de semaine afin de boucler le travail pour les studios Rhythm Hues, sont en panne de salaire pour plusieurs semaines de travail.


Quand les artistes des effets visuels sont montés sur scène aux Oscar pour recevoir leur prix, ils voulaient profiter de l’occasion pour attirer l’attention sur la situation de Rhythm and Hues, mais des organisateurs du gala ont coupé le micro et enterré le discours des lauréats sous le thème musical de Jaws, ce que certains refusent de voir comme une coïncidence.

À voir en vidéo