Marion Cotillard, femme de chambre

Le roman d’Octave Mirbeau, Journal d’une femme de chambre, connaîtra une troisième incarnation cinématographique sous la houlette de Benoît Jacquot (Les adieux à la reine), qui s’est assuré le concours de Marion Cotillard (La vie en rose, De rouille et d’os) pour défendre le rôle-titre. Critique acerbe de la condition humaine, l’intrigue, campée au tournant du XXe siècle, est racontée du point de vue d’une soubrette qui est le témoin privilégié de la laideur du « beau monde ». En 1946, Jean Renoir dirigea Paulette Goddard dans une adaptation hollywoodienne. En 1964, Luis Buñuel et Jeanne Moreau s’associèrent pour ce qui était jusqu’ici la version définitive. Cinéaste estimé, Benoît Jacquot est souvent qualifié du plus littéraire des réalisateurs français, lui qui a déjà porté au grand écran Henry James (Les ailes de la colombe), Yukio Mishima (L’école de la chair), Benjamin Constant (Adolphe), et Marivaux (La fausse suivante), entre autres. Évaluée à près de 9 millions de dollars, la production devrait débuter en mars 2014.

À voir en vidéo