À vos marques…

La comédienne Alice Morel-Michaud joue le rôle de la gardienne de but des Lynx.
Photo: Films Séville La comédienne Alice Morel-Michaud joue le rôle de la gardienne de but des Lynx.

Les Pee-Wee - L’hiver qui a changé ma vie pourrait illustrer chacun des chapitres d’un manuel intitulé « Comment surmonter tous les défauts du monde ». Le scénario, mosaïque de clichés, d’archétypes et de motifs copiés-collés (tirés entre autres des Mighty Ducks et des téléfilms Hallmark), fait pour lui-même le pari du confort dans la familiarité, et pour le spectateur celui de l’indulgence.


Dès la première passe, c’est le but. Le suspense, fabriqué en usine avec cordages à vue, opère dans un crescendo continu jusqu’en troisième période. Le message, asséné à répétition, dénonce la violence au hockey, « garde ça simpe ». Éric Tessier (Sur le seuil, 5150 rue des Ormes) donne son 110 % à travers une mise en scène à l’emporte-pièce, avec, durant les matchs, vraiment très bien filmés, des effets 3D gros comme ça pour que ça punche et des animations infographiques dignes de RDS.


RDS qui, s’il n’agit pas comme commanditaire, en tire ici tous les bénéfices (comme tant d’autres marques qui tapissent le décor). RDS, où c’est la disette présentement en raison du conflit de travail dans la Ligue nationale de hockey, qui menace d’annuler la saison. Ces Pee-Wee ne pouvaient pas mieux tomber. Même le maire de Québec, Régis Labeaume, peut s’enorgueillir du succès populaire assuré de cette infopub indirecte pour son amphithéâtre en chantier, surmontée d’une prière implicite pour le retour dans sa ville des Nordiques. Le film de Tessier, produit par Christian Larouche (À vos marques… Party !), se situe à ce niveau. Certains y verraient un plancher. Eux, sans complexes, y voient un sommet.


Deux dynamiques de vilains se relaient dans le film afin de lui apporter le tonus dramatique voulu. La première se situe au niveau privé. Janeau (Antoine Pilon), 12 ans mais en paraissant 14, vient de se joindre à l’équipe pee-wee Les Sphynx, sur l’insistance de sa gardienne de but (Alice Morel-Michaud) grisée par son talent. Chemin faisant, le nouveau venu, en deuil de sa mère qui lui a tout appris (son père, joué par Normand Daneau, ne comprend rien à ce jeu), fait de l’ombre au joueur étoile de l’équipe qui, sous la pression constante de son père (Claude Legault), érige les autres contre lui.


La seconde se situe au niveau national. L’ennemi à abattre durant le tournoi mondial où vont se hisser Les Sphynx sont - je vous le donne en mille étant donné l’âge des producteurs de ce film - russes. Pas soviétiques, mais pas loin. Pas tricheurs, mais près de la bande ça joue dur. Cliché ? Et comment ! Nous savions déjà qu’un cliché non contrôlé peut tuer un film. Les Pee-Wee - L’hiver qui a changé ma vie nous apprend que mille, mitraillés sans complexe, peuvent le sauver.


 

Collaborateur

 

V.o. : Quartier latin, Place LaSalle, StarCité, Beaubien, Lacordaire, Marché Central.

V.o., s.-t.a. : Forum.

***