Les adieux à la reine de Benoît Jacquot, prix Louis-Delluc 2012

Paris – Le prix Louis-Delluc 2012, considéré comme un des prix les plus prestigieux du cinéma français, a été attribué vendredi au film Les adieux à la reine de Benoît Jacquot, ont annoncé les organisateurs. Tourné au château de Versailles, Les adieux à la reine suit les trois derniers jours à la cour en juillet 1789. La jeune liseuse Sidonie Laborde (Léa Seydoux) couve sa reine d’un amour secret et d’une dévotion totale, tandis que Marie-Antoinette, campée avec conviction par Diane Kruger, qui joue de sa pointe d’accent originel, valse d’un caprice à l’autre, quêtant les faveurs de son amie la comtesse de Polignac (Virginie Ledoyen). « Je suis un amateur de fin de règne, confiait en février à la Berlinale Benoît Jacquot. Elles se ressemblent toutes depuis la nuit des temps : ceux qui ont le pouvoir s’y accrochent jusqu’au bout, d’où qu’ils viennent socialement. » Sept autres films étaient en lice pour ce prix présidé par Gilles Jacob, également président du Festival de Cannes : Amour (Michael Haneke), Après mai (Olivier Assayas), Camille redouble (Noémie Lvovsky), De rouille et d’os (Jacques Audiard), La désintégration (Philippe Faucon), Holly Motors (Leos Carax) et 38 témoins (Lucas Belvaux).

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.