À Québec - Le cinéma Cartier revit

Après quelques mois de retard, le cinéma revit enfin sur l'avenue Cartier à Québec. Dans les locaux du Ciné Vidéo Club, on inaugure aujourd'hui une salle répertoire dotée de 118 sièges, exclusivement en numérique, à partir du support DVD.

Les images seront projetées sur un écran de 17 pieds et demi sur près de 10 pieds. Comme film d'ouverture, on mise sur une comédie argentine (inédite à Québec) de Juan José Campanella qui a pour titre Le Fils de la mariée. Il s'agit du portrait d'un homme abordant la quarantaine, une histoire de famille toute simple.

Pour le directeur de la salle et programmateur du cinéma, Michel Savoy, il s'agit essentiellement «d'offrir au public un menu cinématographique éclectique allant de la reprise récente au cinéma d'auteur, sans oublier les classiques ou même certains films d'horreur». On parle donc d'un choix plutôt vaste ainsi que d'une qualité à l'écran comme le numérique le permet. Grâce à des investissements privés de près d'un demi-million de dollars, le nouveau cinéma Cartier envisage aussi «d'offrir une salle munie de qualités acoustiques optimales». Des films seront projetés tous les jours de midi à minuit alors qu'on proposera des séances de fin de soirée et des matinées familiales le week-end.

Parmi les primeurs en salle à Québec au cours du premier mois, on signale Lost in la Mancha (un documentaire sur les tracas qui ont entouré le tournage d'une adaptation de Don Quichotte par Terry Gilliam), Tout ou rien de l'excellent réalisateur Mike Leigh, Lucia et Le Sexe de Julio Medem, le thriller argentin Les Neufs Reines ou encore le film culte japonais Audition.

En septembre, il sera possible de visionner des reprises comme Il était une fois en Amérique de Sergio Leone, Le Dictateur de Chaplin, de même que le fort intéressant documentaire musical Scratch. Également, une rétrospective Michael Moore (Bowling à Columbine, Roger et moi ainsi que The Big One) prendra l'affiche dès la fin août. Autre surprise, la dernière création des Phylactère Cola est au programme après un arrêt au Festival Fantasia de Montréal. Une excellente nouvelle pour les cinéphiles de Québec.

À voir en vidéo