Le vendeur de Sébastien Pilote remporte deux prix aux Rendez-vous du cinéma québécois

Le vendeur de Sébastien Pilote a reçu le prix Gilles-Carle des 30es Rendez-vous du cinéma québécois, décerné au meilleur premier ou deuxième long métrage de fiction. Le film a également reçu le prix Luc-Perreault du meilleur film de l’année décerné par l’Association québécoise des critiques de cinéma.
Photo: Source: Rendez-vous du cinéma québécois Le vendeur de Sébastien Pilote a reçu le prix Gilles-Carle des 30es Rendez-vous du cinéma québécois, décerné au meilleur premier ou deuxième long métrage de fiction. Le film a également reçu le prix Luc-Perreault du meilleur film de l’année décerné par l’Association québécoise des critiques de cinéma.

Le vendeur de Sébastien Pilote, remarquable portrait masculin dans une petite ville du Québec au bord de la crise, a récolté hier le prix Gilles-Carle des 30es Rendez-vous du cinéma québécois, décerné au meilleur premier ou deuxième long métrage de fiction de 2011. Le vendeur a également reçu le prix Luc-Perreault du meilleur film de l'année, décerné par l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Plusieurs lauriers ont été distribués hier à la Cinémathèque québécoise, en présence de la ministre de la Culture, Christine St-Pierre, lors de cette clôture des Rendez-vous. Ainsi, le prix du meilleur scénario fut remis à Stéphane Lafleur pour son lancinant En terrains connus.

Le prix Pierre-et-Yolande-Perrault, octroyé au cinéaste de la meilleure première ou deuxième oeuvre documentaire, est allé à Work in Progress de Bill Stone, sur les rapports houleux entre un cinéaste et son modèle, pour son humour, son audace et sa ténacité. Une mention spéciale revient aux Tortues ne meurent pas de vieillesse de Sami Mermer et Hind Benchekroun, «pour leur portrait délicat et empreint de tendresse sur une génération qui s'éteint dans le nord du Maroc». Le choix du public pour le meilleur documentaire s'est porté sur Le vieil âge et le rire de Fernand Dansereau.

Serge Clément, pour son film D'aurore, a reçu le laurier de la création artistique dévolu à l'auteur de la meilleure oeuvre d'art et d'expérimentation, avec mention pour Tao Gu, à qui on doit On the Way to the Sea.

Côté courts métrages, le très sensible La ronde de Sophie Goyette fut couronné meilleur film de fiction, alors que le délirant Tabula rasa de Matthew Rankin recevait le laurier de l'innovation avec Mention spéciale à Yan Giroux pour Surveillant. Le prix Coop Vidéo au court métrage coup de coeur revint à Dans la neige d'Alexis Fortier-Gauthier.

Dans le champ des oeuvres étudiantes, Les bons termes selon Dewey d'Émilie Rosas a reçu la palme du meilleur film, avec mention spéciale à Une fin comme une autre de Sophie Bédard Marcotte.

Pamela Gallant fut la lauréate du Prix de la meilleure oeuvre franco-acadienne avec Petites vues de chez nous: Port-au-Port.

Décerné par la critique de cinéma Helen Faradji, le prix du meilleur critique étudiant fut remporté par Bénédicte Filippi. Il lui vaut un voyage au Festival Paris Cinéma.

À voir en vidéo