The Artist remporte six César, dont celui du meilleur film

Le réalisateur Michel Hazanavicius et les acteurs Bérénice Bejo et Omar Sy posent avec leur César.<br />
Photo: Agence France-Presse (photo) Eric Feferber Le réalisateur Michel Hazanavicius et les acteurs Bérénice Bejo et Omar Sy posent avec leur César.

Paris — The Artist a triomphé hier aux César du cinéma, remportant six prix dont ceux du meilleur film, du meilleur réalisateur (Michel Hazanavicius) et de la meilleure actrice (Bérénice Bejo).

Omar Sy a remporté le César du meilleur acteur pour son rôle dans Intouchables.

The Artist a également remporté les prix des meilleurs décors, musique et photographie.

«C'est un film qui part vraiment de très, très, très, très bas, dont personne ne voulait au départ, et là, on est au plus haut, a dit Michel Hazanavicius. Ça fait une très belle histoire.»

Cet hommage au cinéma muet d'Hollywood figure parmi les favoris de la 84e édition des Oscar du cinéma américain, demain, avec dix nominations.

Film muet en noir et blanc, il raconte les tribulations d'un acteur du cinéma muet hollywoodien qui voit sa carrière s'interrompre lors de l'irruption du parlant en 1927.

The Artist a remporté sept trophées aux BAFTA, l'équivalent britannique des César, dont ceux du meilleur film, du meilleur réalisateur et du meilleur acteur pour Jean Dujardin, le 12 février.

Le jeu de Jean Dujardin a aussi été récompensé par le prix d'interprétation masculine au dernier Festival de Cannes.

The Artist a en outre remporté trois Golden Globes à Beverly Hills le 16 janvier: meilleur acteur dans une comédie ou comédie musicale, meilleure musique originale et meilleure comédie musicale ou comédie.

«Comme un dingue»

«Je suis comme un "ouf", je suis hypercontent, j'ai fait genre "j'm'en fous", mais je suis comme un dingue», a dit Omar Sy, sacré meilleur acteur. Dans Intouchables, qui narre l'amitié entre un riche tétraplégique et son aide-soignant, venu de la banlieue, Omar Sy partage l'affiche avec François Cluzet.

«Je vais essayer de continuer et de mériter ce prix, a dit Bérénice Bejo, en recevant le prix de la meilleure actrice. Je le voulais vraiment.»

Cette 37e cérémonie des César se déroulait dans un climat d'euphorie pour le cinéma français, qui a connu une année record, en 2011, avec 215 millions d'entrées en salles. Les trois quarts de la population sont allés au moins une fois au cinéma. Les films nationaux sont en pointe dans ce record, avec Intouchables qui a attiré 19 millions de spectateurs depuis sa sortie en salle le 2 novembre, soit le troisième score de l'histoire du cinéma en France derrière Titanic (21,7) et Bienvenue chez les Ch'tis (21,4).

Récompensé par le Prix du jury au dernier Festival de Cannes, Polisse, de Maïwenn, qui arrivait en tête des nominations puisqu'il était cité dans 13 catégories, repart avec seulement deux récompenses, le César du meilleur espoir féminin pour Naidra Ayadi et celui du meilleur montage pour Laure Gardette et Yann Dedet. De son côté, L'exercice de l'État a remporté trois César.

***

Le palmarès des César

Voici le palmarès de la 37e cérémonie des César, qui s'est déroulée hier soir au Théâtre du Châtelet à Paris:

Meilleur film français de l'année: The Artist, produit par Thomas Langmann, réalisé par Michel Hazanavicius.

Meilleur acteur: Omar Sy dans Intouchables.

Meilleure actrice: Bérénice Bejo dans The Artist.

Meilleur réalisateur: Michel Hazanavicius pour The Artist.

Meilleur acteur dans un second rôle: Michel Blanc dans L'exercice de l'État.

Meilleure actrice dans un second rôle: Carmen Maura dans Les femmes du 6e étage.

Meilleur espoir masculin: Grégory Gadebois dans Angèle et Tony.

Meilleur espoir féminin: ex-aequo Naidra Ayadi dans Polisse et Clotilde Hesme dans Angèle et Tony.

Meilleur premier film: Le cochon de Gaza, réalisé par Sylvain Estibal.

Meilleur scénario original: Pierre Schoeller pour L'exercice de l'État

Meilleur film étranger: Une séparation, réalisé par Asghar Farhadi.