En bref - Melancholia et The Tree of Life, favoris

Une soixantaine de critiques de cinéma américains, membres de la National Society of Film Critics, ont élu Melancholia, de Lars von Trier, meilleur film de 2011, octroyant aussi à son actrice Kirsten Dunst (déjà primée à Cannes) le prix d'interprétation féminine. The Tree of Life, de Terrence Malick, palmé d'or à Cannes, repart avec les lauriers du meilleur réalisateur et de la meilleure photographie, alors que ses interprètes, Brad Pitt et Jessica Chastain, ont reçu respectivement le prix du meilleur acteur et de la meilleure actrice de soutien. Melancholia et The Tree of Life, lancé à Cannes, se répondaient dans leurs thèmes ambitieux, abordant, l'un, la fin du monde, l'autre, ses origines.

Le merveilleux film iranien Une séparation (Ours d'or à Berlin), d'Asghar Farhadi, a reçu les prix du meilleur film en langue étrangère et du meilleur scénario. Albert Brooks fut sacré meilleur second rôle masculin pour sa performance de mafieux dans Drive, de Nicolas Winding Refn. Quant à Werner Herzog, il a récolté la palme du meilleur documentaire pour Cave of Forgotten Dreams, explorant en 3D les peintures rupestres de la grotte Chauvet en France.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.