Le film sur Ben Laden - Trop près de la réalité?

Washington — Des enquêteurs s'intéressent aux allégations voulant que l'administration Obama aurait divulgué trop d'informations sur l'opération militaire visant Oussama Ben Laden à des cinéastes hollywoodiens.

Le représentant Peter King, qui préside le comité sur la Sécurité intérieure de la Chambre, a rendu publique hier une lettre du Pentagone datant du mois de décembre dans laquelle on peut lire que le bureau de l'inspecteur général en charge des questions de renseignements «se penchera sur les actions entreprises par le personnel du département de la Défense en ce qui concerne la divulgation d'informations aux cinéastes».

Le représentant républicain a également publié une lettre du mois de novembre émanant de la CIA, où le bureau des Affaires publiques s'intéresse aussi à l'histoire.

Le politicien new-yorkais s'est montré préoccupé de la collaboration entre l'administration Obama, le studio Sony Pictures Entertainment et la réalisatrice Kathryn Bigelow, à qui l'on doit le film oscarisé Démineur.

Mme Bigelow travaille actuellement sur un film portant sur la façon dont Oussama Ben Laden a été traqué et localisé.

Au mois d'août, Peter King avait écrit aux inspecteurs généraux du Pentagone et de la CIA en leur faisant remarquer qu'une chronique du New York Times relatait que Sony et

Kathryn Bigelow avaient eu «un accès de haut niveau à la mission la plus secrète de l'histoire».

Le secrétaire de la Maison-Blanche, Jay Carney, avait affirmé en août que les informations selon lesquelles l'administration Obama aurait offert des informations privilégiées étaient fausses.

Kathryn Bigelow et le scénariste Mark Boal ont publié un communiqué dans lequel ils ont écrit que le film qui doit sortir à la fin 2012 «est dans les cartons depuis plusieurs années» et qu'il «intègre les efforts collectifs de trois administrations, celles des présidents Clinton, Bush et Obama, tout autant que les stratégies conjointes et la mise en oeuvre de celles-ci par le département de la Défense et la CIA».