Les aventuriers du chef-d'oeuvre perdu

Les outils numériques d’aujourd’hui ont permis de réassembler les fragments des 13 375 images du film afin de les restaurer une par une et de redonner vie à la magie de l’époque. <br />
Photo: Agence France-Presse (photo) Gabriel Bouys Les outils numériques d’aujourd’hui ont permis de réassembler les fragments des 13 375 images du film afin de les restaurer une par une et de redonner vie à la magie de l’époque.
Le document exceptionnel a été projeté la semaine dernière à New York, au Museum of Modern Art, en même temps qu'un documentaire sur le travail de restauration qui a nécessité environ 1 million de dollars.

L'entreprise est décrite par ses artisans comme «le défi de la restauration la plus complexe dans l'histoire du cinéma». Le voyage dans la Lune a été la première inscription cinématographique au Registre mondial de la mémoire du monde de l'UNESCO en 2002, date de son centenaire.

Le court métrage de science-fiction, basé sur les histoires de Jules Verne, sorti en septembre 1902, connaît un regain d'intérêt populaire avec le lancement aujourd'hui de Hugo du réalisateur américain Martin Scorcese. Le travail en 3D se veut un hommage au génie de Méliès, qui apparaît d'ailleurs comme personnage dans le long métrage.

George Méliès a lui-même colorisé à la main une version de son film de 12 minutes. La copie, tenue pour perdue, a été retrouvée en 1993, à Barcelone. Elle était très dégradée, la pellicule formant un pain compact. La restauration entreprise par la firme Lobster Film, la Fondation Groupama Gan et la Fondation Technicolor pour le Patrimoine cinéma a monopolisé patience et ressources.

Le précieux bloc artistique a d'abord passé 14 mois dans un humidificateur. Les produits chimiques utilisés pour la séparation finale de la pellicule endommageaient en même temps le celluloïd. Chacune des 13 375 images a donc vite été numérisée avant la perte totale du support original. Les aventuriers du chef-d'oeuvre perdu ont ensuite mis des années à recomposer le puzzle, un cadre à la fois.

Méliès lui-même travaillait de manière artisanale, créant toutes les composantes de ses films, le décor, les costumes, le scénario. Il tournait la manivelle et jouait parfois dans ses oeuvres. Les experts croient que la projection du Voyage dans la Lune n'était pas accompagnée musicalement. Le film muet demeurait silencieux. Une bande originale a cependant été commandée au groupe français Air pour la nouvelle mouture.

La nouvelle grande diffusion en France débutera par une soirée-hommage à Méliès sur une chaîne de télévision le 8 décembre, jour de son 150e anniversaire de naissance. Le voyage dans la Lune sortira une semaine plus tard en salle avec cinq autres courts métrages du maître.

La projection québécoise sera accompagnée d'une présentation de Viva Paci, professeur à l'École des médias de l'UQAM. Sept autres courts métrages compléteront la soirée, dont les rarissimes Méliès Catalogue (1973), Sequels and Transfigured Times (1974) du Canadien Al Razutis et le célèbre Pas de deux (1968) de Norman McLaren. Le pianiste en résidence de la Cinémathèque, Gabriel Thibaudeau, accompagnera les projections.