24e édition d'image+nation - À partager jusqu'au 6 novembre

L’affiche française du film Reflections in a Golden Eye, de John Huston d’après le roman de Carson McCullers.<br />
Photo: Warner Bros. Pictures L’affiche française du film Reflections in a Golden Eye, de John Huston d’après le roman de Carson McCullers.

Ce soir s'ouvrira au cinéma Impérial la 24e édition d'image+nation, festival dévolu au cinéma gai, lesbien, bisexuel, transgenre et à tout ce qui gravite autour. D'ailleurs, les organisateurs ont choisi pour thème cette année «Partagez vos histoires avec vos bien-aimé(e)s», invitant du coup le public cible à venir assister aux projections et événements en compagnie de leurs chums et de leurs blondes, de leurs parents et de leurs amis. Bonne idée. La manifestation se poursuivra jusqu'au 6 novembre. Suggestions.

C'est au film Four More Years, de la réalisatrice Tova Magnusson-Nörling, que revient l'honneur d'ouvrir le bal. Comédie satirico-sentimentale, cette production suédoise ne manque ni de charme ni de culot. Voyez plutôt: David, un politicien du Parti conservateur, échange un baiser inopiné avec Martin, le nouveau président des socialistes. Un univers bascule, deux partis tremblent, et le spectateur de rire et de s'émouvoir. Aujourd'hui, au cinéma Impérial à 20h.

À ne pas manquer: Weekend, une proposition d'une audacieuse simplicité. Remarqué notamment à Sundance et à Karlovy Vary, le film d'Andrew Haigh raconte comment, après avoir passé une nuit avec un type rencontré à la fermeture d'un bar, un trentenaire dans le placard se laisse aller à une discussion inattendue — et prolongée — sur la vie, l'amour, le sexe... Une oeuvre de facture modeste, mais au propos vrai et franc. Pensez Cassavetes en mode gai. Demain à 19h au théâtre Hall Concordia (sauf mention contraire, tous les films y seront projetés).

On doit à Thom Fitzgerald le très beau The Hanging Garden. Devenu un pilier du cinéma gai contemporain, le réalisateur canadien viendra présenter son nouvel opus, Cloudburst. Sur les côtes du Maine, Stella et Dotty filent un bonheur tranquille depuis 30 ans. Or, comme leur couple n'est pas reconnu aux yeux de la loi, lorsque la petite-fille de Dotty décide de placer sa grand-mère dans un foyer, Stella n'a aucun recours. Qu'à cela ne tienne, les deux femmes s'enfuient en Nouvelle-Écosse afin de se marier. Cette bien belle surprise, avec ses relents assumés de Make Way for Tomorrow et de Thelma & Louise, met en vedette deux actrices qu'on adore: Olympia Dukakis (Moonstruck, Steel Magnolias) et Brenda Fricker (My Left Foot, The Field). Vendredi 28 octobre à 19h.

Avec une finesse remarquable, le drame argentin Ausente aborde un sujet pour le moins épineux, celui de l'amour qu'un adolescent éprouve pour un adulte. Il s'appelle Martin, a 16 ans, et est très épris de Sebastian, son professeur de natation. Par duperie, le premier parvient à se faire inviter chez le second. S'ensuivent une montée de tension extrêmement bien calibrée, et des développements qui vont rarement dans les directions attendues. Jeudi 3 novembre à 21h.

Enfin, on profitera de l'hommage qu'image+nation rend à Elizabeth Taylor, grande défenderesse de la cause gaie, pour la redécouvrir sur grand écran dans deux de ses meilleures compositions. Dans Cat on a Hot Tin Roof, face à Paul Newman (samedi 5 novembre à 13h), et dans Reflections in a Golden Eye, dans lequel elle donna la réplique à Marlon Brando (samedi 29 octobre à 13h), elle incarne des épouses aux prises avec des maris à l'identité sexuelle confuse. Malgré les décennies, les deux oeuvres possèdent encore une charge érotique considérable.

***

Collaborateur du Devoir

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.