Denis Villeneuve repêché par Martin Scorsese

<em>Incendies</em> de Denis Villeneuve a grandement impressionné Martin Scorsese.<br />
Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Incendies de Denis Villeneuve a grandement impressionné Martin Scorsese.

Karlovy Vary - Le cinéaste québécois Denis Villeneuve s’est vu offrir par le romancier Russell Banks le scénario du film American Darling, tiré de son roman du même nom. Attaché dans l’immédiat à la réalisation de Prisoners, une production de 50 millions de dollars de Warner Bros, Villeneuve s’est dit emballé par ce qu’il a lu.

Les œuvres de Russell Banks ont séduit d’autres metteurs en scène de renom dans le passé, dont Paul Schrader qui a tourné Affliction au Québec, ainsi qu’Atom Egoyan, dont le film The Sweet Hereafter demeure son plus gros succès. American Darling devait initialement être réalisé par Martin Scorsese qui a finalement décidé de produire le film uniquement. Très impressionné par Incendies, le réalisateur de Taxi Driver et Raging Bull a écrit à Denis Villeneuve, afin de s’assurer de sa participation.

Excité mais prudent, Denis Villeneuve précise que rien n’est encore joué, puisque le film n’en est pour l’instant qu’au stade du financement. Avec le parrainage de Martin Scorsese, on peut cependant se montrer confiant.

***
Collaborateur du Devoir


LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

7 commentaires
  • Andrée Ferretti - Abonnée 2 juillet 2011 21 h 28

    Paradoxe

    Un écrivain français dont j'ai oublié le nom, s'extasiant devant l'amplitude du génie québécois et devant la multitude de ses expressions, écrivait (selon mon souvenir, imprécis, je le reconnais) qu'aujourd'hui, dans notre monde dominé par les puissances mondialisantes et uniformisantes, les véritables créateurs naissent dans les pays incertains

    C'est peut-être vrai, mais c'est aussi tragique, si l'on voit le paradoxe.

    En effet, un créateur naît dans un pays incertain et pour être reconnu se laisse absorber par le pouvoir certain des forces destructrices de toute particularité

    André Ferretti..

  • Jean-Michel Picard - Inscrit 3 juillet 2011 00 h 01

    Pierre Falardeau

    Andrée Ferretti, vous avez bien raison et d'ailleurs, Pierre Falardeau a dénoncé ce phénomène toute sa vie.

  • France Marcotte - Inscrite 3 juillet 2011 09 h 29

    Merci madame Ferretti

    Dans le pays incertain, l'inconfort rend la pensée incertaine donc créative, à l'affût, vivante, et pas seulement sous les projecteurs.
    C'est de cette ampleur dont la conscience nous ferait si forts que ceux qui en ont le pouvoir se gardent bien de parler.
    Sauf vous.

  • Curley - Inscrite 3 juillet 2011 17 h 14

    Réjouissant!

    Denis Villeneuve a bien raison d'être flatté par cet honneur.. Pour moi, un réalisateur doit porter sa créativité et sa culture ou son instinct le mènera.

  • André Loiseau - Inscrit 3 juillet 2011 18 h 21

    Les States admirent le talent québécois

    Le pays prend racine chaque fois qu'un talent ou génie québécois met pied à terre à l'international. Le danger en est, comme dit Mme Ferretti, qu'il soit dévoré jusqu'au plus petit os mais Denis Villeneuve semble avoir bien lu le scénario et posséder de solides convictions humanistes alliées à une intelligence bien ouverte.