Le succès sans limites de The City Limits

Une image tirée de la vidéo The City Limits, de Dominic Boudreault. <br />
Photo: Dominic Boudreault Une image tirée de la vidéo The City Limits, de Dominic Boudreault.

Un jeune vidéaste de Québec a fait un tabac cette semaine sur la Toile avec une vidéo en accéléré montrant des images de Québec, de Montréal, de Toronto, de Chicago et de New York. Intitulée The City Limits, sa vidéo a été visionnée près d'un million de fois.

Québec — «C'est assez surprenant, ç'a vraiment fait l'effet d'une tornade, racontait hier Dominic Boudreault. J'espérais avoir peut-être 100 000 visionnements dans mes plus beaux rêves.»

Ce jeune employé de la SEPAQ, pour qui la vidéo est un passe-temps, a été interviewé plus tôt cette semaine par la chaîne MSNBC et son petit film a été relayé sur des dizaines de blogues et sites dédiés à la vidéo et à l'urbanisme.

Surtout, des gens des quatre coins du monde lui ont écrit pour le féliciter. «Il a même été vu des dizaines de fois dans des endroits comme l'Irak et la Côte d'Ivoire!»

De Québec à New York

Réalisée en mode accéléré («timelapse»), la vidéo contient des vues nocturnes de Québec, de Montréal, de Toronto, de Chicago et de New York, puis se conclut par des paysages du Québec.

Portée par la bande sonore qu'a réalisée Hans Zimmer pour le film Inception, The City Limits met notamment en vedette la fontaine de Tourny devant le parlement de Québec, un concert du Festival d'été, le Millenium Park de Chicago, le pont Jacques-Cartier de Montréal, le pont de Brooklyn et la vieille goélette près du quai de Baie-Saint-Paul dans Charlevoix.

Dominic Boudreault a mis près d'un an à compléter l'ensemble dans ces temps libres. Équipé d'un simple appareil photo numérique, il a en moyenne filmé une demi-heure par point de vue.

Malgré l'impression que peut donner la vidéo, aucune séquence n'a été tournée des airs, le jeune vidéaste se contentant de filmer depuis le haut de gratte-ciels. Par exemple du dernier étage du Rockfeller Center à New York, qui lui a donné son lot de maux de tête. «Quand on regarde les images, on a l'impression que j'étais seul à tourner, mais il y avait une centaine de personnes autour qui se bousculaient et prenaient des photos.» Pour empêcher les éclats de flash de nuire à ses images, il lui a fallu confectionner une petite boîte noire dans laquelle il plaçait son appareil contre la fenêtre.

Découvrir la ville

Ce n'est pas la première fois que Dominic Boudreault se fait remarquer sur la Toile. L'an dernier, une autre vidéo, cette fois consacrée uniquement à la ville de Québec, avait aussi suscité beaucoup d'intérêt. Quand on lui fait remarquer qu'il fait de la belle publicité pour la ville, notre artiste en herbe éclate de rire. De toute façon, il dit avoir lui-même appris «à découvrir sa ville» avec la technique des vidéos en accéléré. «La première fois que j'ai essayé, c'était un plan du Château et du fleuve. Quand je suis revenu chez moi et que j'ai commencé à monter les images, je me suis rendu compte qu'il y avait plein de choses que je n'avais pas remarquées quand j'étais sur place. C'était vraiment impressionnant.»

***

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

2 commentaires
  • propusto - Inscrit 15 mai 2011 11 h 19

    Bravo!

    Travail artistique remarquable. Bravo à Dominic Boudreault.

    Michel Gagnon

  • Michèle Dorais - Abonnée 15 mai 2011 14 h 01

    superbe réalisation

    Très belles prises de vues... Bravo !