Les réalisateurs Jafar Panahi et Mohammad Rasulov condamnés à six ans de prison

Deux importants cinéastes iraniens, Jafar Panahi et Mohammad Rasulov, accusés de travailler contre le régime, ont été condamnés à six ans de prison chacun en Iran.

Jafar Panahi, un cinéaste primé aux festivals de Cannes, Berlin et Chicago, s’est également vu interdire d’écrire ou filmer un long métrage pendant 20 ans et il lui est interdit de quitter le pays pendant la même période, selon son avocat Farideh Qeirat. Jafar Panahi a apporté publiquement son soutien à l’opposition iranienne.

En début d’année, il avait passé plus de deux mois en détention. Il n’avait pu se rendre au festival de Cannes alors qu’il devait faire partie du jury. Lors de la cérémonie d’ouverture, un fauteuil vide avait été laissé sur la scène en raison de son absence.

Jafar Panahi avait également été président du Festival des films du monde de Montréal en 2009, et le festival lui avait rendu un hommage dans son édition 2010.

Mohammad Rasulov, un autre réalisateur qui a apporté son soutien à l’opposition, a écopé de la même peine pour des chefs similaires.

Un autre cinéaste, Mohammad Nourizad, purge une peine de trois ans et demi de prison après avoir été accusé de diffuser de la propagande contre le régime et d’insulter les dirigeants du pays.