DVD - Psychés tordues et dérapages

On se souvient surtout de Marina De Van en névrosée qui s'automutile dans le dérangeant Dans ma peau, sa première réalisation, où elle tenait aussi la vedette. Auparavant itinérante psychopathe dans le moyen métrage Regarde la mer, de François Ozon, qu'elle coscénarisa à l'instar du subséquent Sous le sable, Marina De Van a montré une prédilection pour les univers troubles, les replis sinueux de psychés tordues propices aux dérapages du réel.

Présenté à Cannes en 2009, Ne te retourne pas, son deuxième long métrage en tant que réalisatrice, sort chez nous directement en DVD bien qu'il donne la vedette à Sophie Marceau et Monica Bellucci. Les deux stars se partagent le même rôle, celui de Jeanne, une romancière dont l'univers se transforme un jour en un environnement inconnu mais familier, et dont le conjoint et les enfants se muent en versions inédites d'eux-mêmes. Et bien sûr, Jeanne est seule à voir tout cela.

Avec Ne te retourne pas, Marina De Van s'intéresse à un autre versant de la folie, la schizophrénie, et s'applique à en illustrer, au sens propre, certains concepts clés: la paranoïa, le délire de persécution, la distanciation, la régression et, surtout, le dédoublement. Les moyens qu'elle se donne pour y parvenir, s'ils apparaissent parfois trop littéraux, donnent néanmoins lieu à quelques séquences saisissantes. Pour vous donner une idée, imaginez un instant que Trelkovski, l'inoubliable «locataire» de Polanski, ait habité son appartement avec toute sa famille.

À cet égard, la cinéaste n'essaie jamais de cacher son jeu et rend très apparent un réseau référentiel touffu et conséquent où se profile, dès l'ouverture chez l'éditeur paternaliste, Swimming Pool, de François Ozon, avant que ne s'insinue La Moustache, d'Emmanuel Carrère, puis Cet obscur objet du désir, de Luis Buñuel, et, plus loin, Mulholland Drive, de David Lynch, pour se conclure par un splendide hommage à Alice au pays des merveilles. Point d'énumération gratuite ici: les citations sont là, manifestes et joliment amalgamées. Et si l'un ou l'autre de ces titres vous a déjà allumé, vous devriez assurément jeter un coup d'oeil à Ne te retourne pas. On se demande d'ailleurs un moment où réside la filiation avec le classique de Nicolas Roeg, Don't Look Now (Ne vous retournez pas en version française), jusqu'à ce que la protagoniste se mette à poursuivre une fillette dans un dédale de rues italiennes...

En fait, Marina De Van met tout cela en scène avec une telle sophistication, un tel ludisme de touche sous la gravité de ton, qu'on en oublie presque, mais jamais complètement, les faiblesses d'un scénario qui tourne à vide un bon moment au mitan avant de se conclure en beauté, non sans avoir imposé au spectateur une explication un brin prosaïque, quoiqu'ayant le mérite de rendre étonnamment plausibles les événements extraordinaires qui ont précédé. Un exercice malgré tout assez fascinant, qu'on aurait aimé pouvoir apprécier sur grand écran.

***

Collaborateur du Devoir

***

Ne te retourne pas
Scénario et réalisation: Marina De Van. Avec Sophie Marceau, Monica Bellucci, Andrea Di Stefano, Thierry Neuvic, Brigitte Catillon. Photo: Dominique Colin. Montage: Mike Fromentin. Musique: Luc Rollinger. France, 2009, 110 min.