SODEC - La ministre St-Pierre rectifie le tir

La ministre de la Culture et des Communications rectifie le tir après avoir tenu au Devoir des propos qui semblaient désavouer le président de la SODEC François Macerola. Elle réagissait dans notre édition d'hier à une pétition de cinéastes, exprimant l'inquiétude qu'un virage commercial ait lieu au sein de l'institution dans le financement des longs métrages québécois, mais elle avait eu des mots durs à l'endroit du président de la SODEC, comme: «Il va falloir qu'il marche avec les directives que je vais lui donner». Et «Il va devoir venir tester un peu ses affaires.»

«J'ai réitéré à plusieurs reprises cette semaine ma confiance en M. Macerola pour diriger la SODEC. Il possède le doigté. Il est apprécié du milieu, a dit hier la ministre. S'il a pu se sentir désavoué par mes propos d'hier, c'est un malentendu et j'espère travailler avec lui longtemps. Je l'ai toujours admiré. Avoir François Macerola à la SODEC, c'était aller chercher la personne la plus apte à diriger l'institution, un grand gestionnaire. Le milieu a besoin d'un homme comme lui.»

Des propos contestés de François Macerola étaient à l'origine de ces questionnements de cinéastes. Il avait déclaré devant l'Académie du cinéma et de la télévision souhaiter que la SODEC perde son étiquette d'institution vouée au cinéma d'auteur. Par la suite, il avait nuancé ses propos, assurant qu'il ne créerait pas à la SODEC l'équivalent des enveloppes à la performance de Téléfilm, primes au succès, et que le cinéma d'auteur resterait une priorité. La ministre n'avait manifestement pas eu toutes les données en main.
1 commentaire
  • Roland Berger - Inscrit 24 avril 2010 21 h 38

    Tirer au centre

    À force de tirer à droite en ayant l'air de tirer à gauche, on n'arrive plus à atteindre le centre. Madame St-Pierre fait pourtant de très sérieux efforts.
    Roland Berger
    St. Thomas, Ontario