Atom Egoyan et la tentation

Pour la toute première fois, le cinéaste de The Sweet Hereafter et d'Ararat n'a pas écrit son propre scénario. À 50 ans, il avoue se sentir à la croisée des chemins. «Mon dernier film, Adoration, était trop compliqué, explique-t-il. Plusieurs spectateurs n'avaient pas compris le rôle que jouait Arsinée. Ces scénarios labyrinthiques correspondent à ma façon de voir le monde. J'ai été nourri au cinéma de Resnais, de Duras, de Robbe-Grillet, mais j'allais trop loin. D'où l'envie de me tourner vers un cinéma aux codes plus faciles.» «Jamais je n'aurais été capable d'écrire un scénario comme celui d'Erin Cressida Wilson, je me serais ennuyé. Mais ce sont des thèmes qui correspondent à ma sensibilité: des vérités complexes qui s'entrechoquent au sein de la famille, à travers la réalité et la perception que chacun s'en fait.»

Remake

Chloe est un remake très libre de Nathalie, d'Anne Fontaine. Une femme qui soupçonne son mari d'infidélité embauche une escorte pour le tester et découvrir comment il se comporte avec elle au lit, histoire de mieux contrôler sa propre vie de couple. «Quand j'ai vu Nathalie il y a cinq ou six ans, qui aurait pu prédire que j'en ferais un remake? La proposition m'est venue d'ailleurs et je me suis laissé tenter.»

Aux yeux du cinéaste, Chloe est avant tout un film sur la projection mentale dans une relation intime, sur la tentation du contrôle et la méconnaissance de la fragilité des autres.

«On cherchait à la distribution l'équivalent des grands interprètes de Nathalie, qui étaient Fanny Ardant, Gérard Depardieu, Emmanuelle Béart. Je connaissais Liam Neeson pour avoir travaillé au théâtre avec lui à New York.» Julianne Moore, qu'il avait rencontrée au Festival de Toronto, manifestait l'envie de travailler avec le cinéaste, dont elle appréciait l'univers. Pour le rôle de la jeune escorte, des centaines d'actrices ont défilé en auditions. Amanda Seyfried (l'actrice de Mamma Mia!) lui semblait parfaite. «Ce rôle complexe était un vrai défi qu'elle a brillamment relevé.»

Au départ, le film devait se dérouler à San Francisco. «Une ville que j'adore», explique le cinéaste torontois. Il a choisi toutefois de le tourner à Toronto, dans sa propre ville, qu'il connaît comme sa poche et dont il avait envie de faire découvrir les nouveaux musées, les nouvelles galeries, en plus des endroits consacrés. Un Toronto hivernal, dans la neige et le froid, qui faisait contraste avec la chaleur à l'intérieur des maisons. «Mon film Speaking Parts avait aussi été tourné en hiver.»

Un drame est survenu au cours du tournage de Chloe. L'épouse de Liam Neeson, Natasha Richardson, est morte dans un accident de ski au mont Tremblant. «C'est la pire chose qui puisse survenir au cours d'un tournage. On vit dans un univers parallèle et tout à coup le monde extérieur vous rattrape de terrible façon. Liam est revenu une semaine plus tard pour tourner ses dernières scènes avec un professionnalisme qui nous a jetés à terre. Ces scènes-là parlaient du mariage. On était en larmes juste à le regarder.»

Le film a tardé à trouver preneur aux États-Unis. «Là-bas, il est déjà difficile de trouver du financement pour les drames. Et la sexualité explicite de Chloe pouvait choquer là-bas. Mais les interprètes étaient de haut niveau et Sony l'a pris sous son aile.»

Atom Egoyan a déjà deux scénarios originaux, écrits de sa propre main, dans sa manche. Il en lit d'autres aussi, également des bouquins à adapter peut-être. «On ne sait jamais... Toutes les voies sont possibles. J'attends de connaître la réception du film. J'ai la chance de pouvoir écrire, produire et d'aller à mon rythme aussi.»

Le film est vendu partout, mais il fut reçu dernièrement en France avec beaucoup de réserves.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.