Un expert en neutralisation de bombes poursuit les créateurs de The Hurt Locker

Selon le sergent Jeffrey Sarver, le personnage principal du film est inspiré de lui et il utilise le signal d’appel «Blaster One», qu’il avait lui-même l’habitude d’utiliser pendant ses missions.
Photo: Maple Pictures Selon le sergent Jeffrey Sarver, le personnage principal du film est inspiré de lui et il utilise le signal d’appel «Blaster One», qu’il avait lui-même l’habitude d’utiliser pendant ses missions.

Southfield, Michigan — Un expert américain en neutralisation de bombes qui a participé à la guerre en Irak souhaite poursuivre les créateurs du film The Hurt Locker (Démineur).

Le sergent Jeffrey Sarver prétend en effet qu'il est l'inspiration pour le personnage principal du film et croit que les producteurs lui doivent par conséquent une compensation financière, a indiqué son avocat, Geoffrey Fieger, au cours d'une conférence de presse mercredi.

Me Fieger a ajouté que son client prévoyait de déposer une poursuite de plusieurs millions de dollars.

M. Sarver affirme que le scénariste et journaliste Mark Boal a été intégré dans son unité et que l'information qu'il a récoltée a été utilisée dans le scénario du film. The Hurt Locker est en nomination dans neuf catégories aux Oscar, y compris celle du meilleur scénario original.

Selon M. Sarver, le personnage principal du film, Will James, est inspiré de lui et il utilise le signal d'appel «Blaster One», qu'il avait lui-même l'habitude d'utiliser pendant ses missions. M. Sarver allègue également que l'expression «the hurt locker» vient de lui.

Toujours selon M. Sarver, M. Boal s'est servi de son expérience avec l'unité pour écrire un article à son sujet pour le magazine Playboy, et cette histoire aurait plus tard été adaptée pour devenir le scénario de The Hurt Locker.

Le distributeur américain du long métrage, Summit Entertainment, a fait une déclaration dans laquelle il dit espérer «en arriver à un règlement rapide de la plainte».

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

1 commentaire
  • Michel Lévesque - Inscrit 5 mars 2010 12 h 06

    Vérité

    Cela veut donc dire que ce qu'on voit dans ce film est près de la vérité. Cela tombe bien car j'ai l'intention de le louer bientôt.