En bref - Panahi derrière un film interdit?

Les circonstances entourant l'arrestation lundi du cinéaste iranien Jafar Panahi à son domicile de Téhéran avec une quinzaine de personnes demeurent nébuleuses, mais des indices sortent du chapeau. Un site affirme qu'il tournait sous le manteau un film sur les manifestations postélectorales en Iran, un autre précise qu'il entendait le diffuser à l'étranger.

Mais le fils du cinéaste nie ces informations, déclarant que l'équipe de son père préparait un film autorisé. Jafar Panahi, grand cinéaste du Ballon blanc et du Cercle, primé dans les plus grands festivals, est un opposant notoire au régime du président d'Iran, Mahmoud Ahmadinejad. Le Festival de Berlin, qui l'avait invité le mois dernier, dénonce cette détention, tandis qu'en France, la société des réalisateurs de films invite son propre gouvernement à tout mettre en oeuvre pour le faire libérer. Le jour même où Panahi fut arrêté, le principal quotidien réformateur du pays, Etemad, ainsi qu'un hebdomadaire contrôlé par la famille de l'opposant Mehdi Karoudi ont été interdits de publication.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.