«Un prophète» triomphe aux Césars

Affiche du film Un prophète
Photo: Affiche du film Un prophète

«Un prophète», de Jacques Audiard, a dominé la 35e cérémonie des César ce soir, en remportant neuf récompenses, dont celles du meilleur film, du meilleur réalisateur, et un doublé pour Tahar Rahim, meilleur acteur et meilleur espoir masculin. Le film prend l'affiche ces jours-ci au Québec.

Tahar Rahim incarne dans ce long-métrage Malik El Djebena, une petite frappe qui va apprendre à survivre en prison, avant de devenir un caïd au contact d'islamistes et de mafieux corses. Ce film dense et brutal, sur l'univers carcéral, qui a déjà obtenu le Grand Prix au festival de Cannes et le prix Louis-Delluc, est également en lice pour les Oscars américains, dont la cérémonie aura lieu le 7 mars, dans la catégorie du meilleur film étranger.

Mais le prix du meilleur film étranger a échappé à «J'ai tué ma mère» de Xavier Dolan. Le jury a préféré «Gran Torino» de Clint Eastwood.

Le César de la meilleure actrice a été attribué à Isabelle Adjani, qui interprète dans «La journée de la jupe» une enseignante à bout de nerfs qui prend ses élèves en otages dans une école de banlieue. C'est le cinquième César dans cette catégorie pour Isabelle Adjani, qui a ainsi battu son propre record. «Ce petit film s'est emparé d'un sujet qu'on a découvert être un sujet tabou» a déclaré l'actrice, très émue, en recevant son prix.

«Welcome» de Philippe Lioret, dans lequel Vincent Lindon incarne un maître-nageur calaisien qui vient en aide à un réfugié kurde qui souhaite traverser la Manche à la nage, est reparti bredouille de la cérémonie, alors qu'il était cité dix fois.

Lors de la cérémonie, présidée par l'actrice Marion Cotillard, et présentée en duo, avec humour, par Valérie Lemercier et Gad Elmaleh, Niels Arestrup («Un prophète») et Emmanuelle Devos («A l'origine»), ont obtenu les trophées des meilleurs seconds rôles.

Au cours de la soirée qui se déroulait au théâtre du Châtelet, à Paris, un hommage a été rendu au cinéaste Éric Rohmer, décédé début janvier, et un César d'honneur remis à Harrison Ford par Sigourney Weaver, qui s'est exprimée en partie en français. L'interprète d'«Indiana Jones» a rendu hommage au cinéma français et accepté le prix comme «un immense honneur».

Le palmarès complet