Thriller efficace

Ceux et celles qui carburent aux bandes dessinées de superhéros trouveront sans doute que X-Men Origins: Wolverine manque un peu du décorum solennel qui caractérisait les trois films antérieurs de la série, dont l'action était campée dans le futur du présent film. Tant pis.

En revanche, ceux et celles qui sont imperméables aux cultes et qui ne perçoivent pas les multiplexes comme des églises vivront sans doute une expérience satisfaisante (bien qu'oubliable) au contact de ce thriller efficace du Sud-Africain Gavin Hood (Tsotsi, Rendition), dont la logique résiste peu à la réflexion ultérieure. Qu'à cela ne tienne, Hood compense par une mise en scène énergique et relativement économe d'effets (dans le contexte), ainsi que par un scénario archi-procédural, qui cherche moins à surprendre les spectateurs qu'à combler leurs attentes, l'une à la suite de l'autre.

À preuve, dès qu'un personnage entre dans l'image, sa durée de vie semble imprimée sur son front. Malgré quelques entourloupes, celle-là aussi prévisibles, ces pressentiments se vérifient. X-Men: Origins, justement, est une affaire de pressentiment. L'instinct de Logan (Hugh Jackman, qui reprend le rôle qu'il a créé), lycanthrope aux griffes rétractables rongé par le remords d'avoir tué son propre père, a l'impression que son frère Victor (Liev Schreiber) a basculé du côté du Mal et que l'escouade secrète de l'armée américaine qu'ils ont jointe ensemble, et qui est composée de mutants, comme eux, n'a pas pour objectif de redresser des torts. Il prend le large de l'un et l'autre et la voie d'une carrière de bûcheron dans les Rocheuses lorsque son frère le repère et tue sa fiancée (Lynn Collins) afin de l'obliger à reprendre son service auprès de leur ancien patron, Stryker (l'impeccable Danny Huston), qui a en tête des idées noire . Par la manipulation, ce dernier convainc Logan de subir une opération qui va décupler ses pouvoirs et transformer ses griffes en lames d'acier.

Le film passe du coup de l'analogique au numérique, et nous entraîne dans deux chasses à l'homme qui tournent en rond: Logan, pourchassé par les hommes de Stryker, se lance à la poursuite de son frère, de mèche avec vous savez qui. Chemin faisant, le scénario sur les thèmes du remords et de la vertu décline une série de clins d'oeil, ici à Frankenstein, là à Superman ou à Jack the Ripper. Il existe un moyen de ne pas ennuyer les spectateurs avec un film qu'ils ont déjà vu cent fois. De tout évidence, Gavin Hood l'a trouvé.

***

Collaborateur du Devoir

***

X-Men Origins: Wolverine

De Gavin Hood. Avec Hugh Jackman, Liev Schreiber. Scénario : David Benioff, Skip Woods. Musique : Harry Gregson-Williams. États-Unis, 2009, 108 minutes.

À voir en vidéo