Un Jutra en mains, Isabelle Blais se remémore ses débuts à Trois-Rivières

Trois-Rivières — Après avoir remporté le Jutra de la meilleure actrice pour son rôle dans Borderline, Isabelle Blais a été honorée à Trois-Rivières, là où elle affirme que «tout a commencé» pour elle artistiquement.

Le Ciné-Campus de Trois-Rivières a présenté un montage vidéo construit autour des différents rôles de l'actrice au cinéma. Trois de ses amies trifluviennes sont aussi montées sur scène pour se remémorer, à partir de photos puisées à même leurs archives personnelles, des souvenirs communs.

Jeune, Isabelle Blais rêvait d'être comédienne, chanteuse ou... coiffeuse. Sa première véritable expérience de théâtre remonte à la comédie musicale Les Misérables, une production du Collège Marie-de-l'Incarnation et du Séminaire de Trois-Rivières. Un extrait a été présenté dans le cadre de l'hommage qui lui était rendu. La comédienne a pu se revoir, non sans gêne, dans d'autres rôles remontant à l'époque de ses études collégiales.

Isabelle Blais était accompagnée de sa famille, de son conjoint et de son précieux Lewis, son fiston de deux mois. «Trois-Rivières est restée importante pour moi parce que c'est ici que tout a commencé, a-t-elle déclaré. C'est ici que j'ai été formée, que j'ai reçu mon éducation. C'est vrai que le Conservatoire d'art dramatique a été une plaque tournante dans ma carrière, mais j'ai travaillé à partir des acquis reçus ici. À Trois-Rivières, j'ai pu exprimer et expérimenter ce que je voulais faire dans la vie.»

C'est aussi au cégep qu'Isabelle Blais, leader de la formation Caïman Fu, a fait partie de son premier groupe musical. Elle a participé à Cégep en spectacle et s'est rendue à la finale nationale. «Toutes ces expériences ont confirmé ce que je voulais faire et m'ont faite ce que je suis», a-t-elle soutenu.

La comédienne a indiqué qu'elle tournerait son prochain film en juin, sous la direction d'Yves Pelletier. La comédie s'intitulera Le Baiser du barbu. Elle sera de retour à la télévision pour une quatrième saison de C.A. et poursuivra une série de spectacles avec Caïman Fu.

«Je suis contente de jouer avec Yves Pelletier parce que je veux explorer la comédie qui est quelque chose de difficile pour moi et je sais que ça va être un tournage dans lequel on va s'amuser, a-t-elle affirmé. C.A. aussi, c'est une belle gang et j'aime tellement mon personnage là-dedans. Je prends chaque rôle comme quelque chose d'unique. Je veux que chacun soit un défi nouveau et intéressant.»

De son rôle de Kiki, dans Borderline, elle dit que c'est certainement le rôle le plus difficile qu'elle ait eu à interpréter. «Je ne sais pas si c'est le meilleur, mais c'est certainement celui qui a été le plus exigeant et qui m'a demandé le plus d'implication, a-t-elle confié. C'est celui qui m'a fait le plus peur, sans aucun doute. Le prix [Jutra] m'a fait énormément plaisir. Seulement, c'est arrivé à un moment dans ma vie où je suis dans une bulle très spéciale avec mon bébé de sorte que je n'ai peut-être pas paru tellement excitée. C'est seulement que c'est un grand bonheur qui est arrivé au moment où j'en vis un autre, plus grand encore.»

Isabelle Blais s'est dite fière de ce qu'elle a accompli au cinéma jusqu'à maintenant. «J'ai aussi été chanceuse d'avoir des rôles et que les gens m'aient vue dans ces rôles, a-t-elle ajouté. Mais j'ai travaillé fort. Le fait d'être honorée me confirme que je ne suis pas dans le champ et que je vais dans la bonne direction.»

À voir en vidéo