La belle et le clochard

Carole Bouquet en romancière bourgeoise et Marc Lavoine en sans-abri séduisant dans Si c’était lui, d’Anne-Marie Étienne
Photo: Carole Bouquet en romancière bourgeoise et Marc Lavoine en sans-abri séduisant dans Si c’était lui, d’Anne-Marie Étienne

Trop de cuisiniers, dit-on, gâte la sauce. Que cinq auteurs aient tenté de tricoter et de rafistoler ce scénario débouche sur un manque d'unité et combien de discordances! On a l'impression que personne n'a su par quel bout prendre Si c'était lui.

Carole Bouquet a toujours impressionné davantage par sa grâce que par les nuances de son jeu. En fait, la belle actrice française est souvent raide et réclame une poigne côté direction pour la forcer à s'assouplir. La cinéaste franco-belge Anne-Marie Étienne en est à son troisième long métrage, après Un été après l'autre et Tôt ou tard, mais elle semble très peu sûre d'elle à la barre d'une histoire aussi mal ficelée.

L'histoire se déroule à Paris, où les classes sociales sont beaucoup plus aiguës qu'au Québec. Et cette aventure entre une romancière bourgeoise (Carole Bouquet) et un sans-abri séduisant à l'humour noir (Marc Lavoine), à qui on a prêté le logement du dessous dans le chic immeuble, ouvrira la porte à tous les clichés, sans le génie d'un Capra pour en tirer du charme. L'idée d'une romance entre deux êtres que tout sépare possède ses mérites, mais le film boitille de bout en bout. Les deux tourtereaux jouent à contretemps, sans harmonie, les faibles dialogues (franchement snobs) — il faut entendre les amis de madame parler avec condescendance des sans-abri! — et l'autoflagellation de l'antihéros auront tôt fait de rendre insupportable ce film mal rythmé, mal joué et réalisé à l'avenant.

Seuls des personnages secondaires, surtout Florence Foresti, vivante et vibrante en éternelle chasseresse de l'amour, sauvent un peu la mise... et exposent le contraste entre le jeu engoncé de Carole Bouquet et le jeu de celle qui incarne sa soeur avec truculence. Comme quoi les bonnes intentions à la remorque des feel good movies américains mènent parfois droit au mur.

***

Si c'était lui

Réalisation: Anne-Marie Étienne. Scénario: Anne-Marie Étienne, François-Éric Gendron, Jean Sejenoux, Jean-Claude Adelin, Marc Fayet. Avec Carole Bouquet, Marc Lavoine, Florence Foresti, François-Éric Gendron, Jean Sejenoux, Jean-Claude Adelin, Jean-Paul Bonnaire. Images: Gilles Henri. Musique: Christophe Julien, Montage: Christophe Pinel.

À voir en vidéo