Le cercle des esprits avisés

Les films de Gilles Groulx éblouissent toujours les jeunes cinéphiles (Le Chat dans le sac) ou agitent encore les consciences politisées (24 heures ou plus). Le réalisateur Richard Brouillette fait partie des deux clans et a même sorti de l'oubli ce créateur longtemps reclus à la suite d'un accident de la route en 1980 dans Trop c'est assez (1995).

Cette précision m'apparaît essentielle pour comprendre sa démarche dans L'Encerclement — La démocratie dans les rets du néolibéralisme. Dans sa forme, ce documentaire témoigne d'un refus et d'un désir de continuité. Refus d'abord du racolage, plantant un décor sobre pour servir un discours contestataire, mais décliné avec une intelligence à faire rougir les démagogues. Le désir de continuité, lui, est partout présent dans ce film-fleuve, abordant des préoccupations de notre temps dans un style d'une autre époque: pellicule 16mm noir et blanc, musique atonale, durée défiant les lois du commerce, intertitres abondants, etc.

Au coeur de cette charge contre l'idéologie du laisser-faire économique, de la privatisation et du rôle minimal de l'État, 13 intellectuels témoignent de l'évolution de ces principes dévastateurs. Certains s'en font les chantres (dont Martin Masse, Jean-Luc Migué et Filip Palda), mais la majorité des gens conviés par Brouillette expliquent avec clarté les limites de cette version pervertie du libéralisme.

La présence de certaines stars de la gauche, tels Ignacio Ramonet et Noam Chomsky, était évidente mais elle n'éclipse pas celle de penseurs d'ici, comme Normand Baillargeon (commentant la marchandisation de l'éducation) et Omar Aktouf (sur l'importance de la culture), qui prennent le temps nécessaire pour faire valoir leurs opinions, richement documentées. Que l'on soit pour ou contre leurs arguments, chacun d'eux peut longuement les exprimer, aidés par un cinéaste à l'écoute et jamais bousculé par les pressions économiques ou télévisuelles.

La fabrication de L'Encerclement s'est étalée sur quelques années et l'ombre de la crise financière actuelle ne planait sur aucun des participants. Or, plusieurs semblent faire figure d'oracles, pointant du doigt un système qui porte en lui les ingrédients explosifs de sa propre destruction. Ce n'est pas un luxe de se laisser encercler par tant d'esprits avisés.

***

Collaborateur du Devoir

***

L'Encerclement — La démocratie dans les rets du néolibéralisme

Réalisation, scénario et montage: Richard Brouillette. Image: Michel Lamothe. Musique: Éric Morin. Québec, 2008, 160 min.

À voir en vidéo