Rétrospective Jacques Demy à la Cinémathèque québécoise - Pas de Demy à moitié

Qualifié par Demy d’«opérette sentimentale», Les Demoiselles de Rochefort (1967) mettait en vedette Catherine Deneuve et sa soeur Françoise Dorléac.
Photo: Qualifié par Demy d’«opérette sentimentale», Les Demoiselles de Rochefort (1967) mettait en vedette Catherine Deneuve et sa soeur Françoise Dorléac.

Son cinéma était souvent «en chanté» et nul doute que les cinéphiles tomberont encore sous le charme de ses films débordants de couleurs, de sonorités envoûtantes et d'une candeur juvénile. Il ne faut pourtant pas croire que Jacques Demy n'était que frivolité; ses personnages avaient beau chanter à pleins poumons dans des décors rose bonbon, ils pouvaient être happés par la guerre d'Algérie (Les Parapluies de Cherbourg), la guerre du Vietnam (Model Shop) ou les luttes ouvrières (Une chambre en ville).

À partir d'aujourd'hui et jusqu'au 8 mars, la Cinémathèque québécoise plonge dans l'univers de Jacques Demy, un monde dont l'horizon ne se réduit pas au port de Cherbourg ou au cake d'amour joliment préparé par Catherine Deneuve dans Peau d'âne (1971) et qui a fait saliver plusieurs générations d'enfants. Dans cette rétrospective exhaustive, on trouvera bien sûr ses grands succès — qui furent somme toute assez rares —, des films oubliés (dont L'Événement le plus important depuis que l'homme a marché sur la lune) et quelques raretés. On pourra ainsi apprécier sa vision de Colette dans La Naissance du jour, téléfilm réalisé en 1980, et Lady Oscar (1978), une production japonaise avec des acteurs britanniques inspirée d'un manga transposé dans la France du XVIIIe siècle. Vous avez dit étrange?

En effet, celui qui se réclame tout à la fois de Robert Bresson, de Jean Cocteau et de Max Ophuls et qui, enfant, a connu son premier éblouissement cinématographique devant Blanche-Neige et les sept nains, ne se laisse pas facilement catégoriser. Certes, son amour de la comédie musicale apparaît comme l'une des caractéristiques les plus évidentes de son oeuvre dès 1961, avec Lola, un succès qui s'explique tant par l'ingéniosité de Demy que par la grâce de sa vedette, Anouk Aimée, et le début d'une complicité pratiquement ininterrompue avec le compositeur Michel Legrand. Et ce n'était guère étonnant de voir Gene Kelly virevolter entre Catherine Deneuve et sa soeur Françoise Dorléac dans Les Demoiselles de Rochefort (1967), qualifié par Demy d'«opérette sentimentale».

Cet amour de la comédie musicale n'allait pas échapper à Hollywood, lui offrant la possibilité de tourner là où certains de ses rêves de cinéphile avaient été fabriqués. Malheureusement, l'expérience le rendra morose, du moins à en juger par Model Shop (1968), à la fois un mince prétexte pour faire revivre Lola (toujours avec Anouk Aimée) et une envie de montrer la Californie telle qu'elle était à cette époque (le film devait d'ailleurs s'intituler Los Angeles 1968). Et parmi les nombreuses choses fascinantes que l'on découvre dans L'Univers de Jacques Demy (1994), signé par sa célèbre compagne, Agnès Varda, le cinéaste espérait engager un jeune acteur inconnu plutôt que Gary Lockwood, l'un des astronautes du 2001 de Stanley Kubrick, un nom supposément accrocheur. Demy préférait, et de loin, un certain... Harrison Ford, avec qui d'ailleurs il a entretenu une longue amitié.

En plus de ses premiers courts métrages ou des films que Varda a consacrés à l'oeuvre de son conjoint, dont le sublime Jacquot de Nantes (1991), tourné peu de temps avant la mort de Demy, le 27 octobre 1990, cette rétrospective présente certains coups de coeur du cinéaste. Avec Singin' in the Rain, Lola Montès ou La Belle et la Bête, voilà quelques balises qui nous permettent d'enrichir notre connaissance de ce réalisateur d'une élégance rare, d'une légèreté séduisante, mais aussi d'une gravité certaine.

***

Collaborateur du Devoir

***

- Pour connaître l'ensemble de la programmation de L'univers de Jacques Demy, à la Cinémathèque québécoise, consultez le site www.cinematheque.qc.ca ou composez le 514 842-9763.

À voir en vidéo