Ouverture du 16e Festivaldu cinéma juif à Vienne

Vienne — Le 16e Festival du cinéma juif s'est ouvert hier à Vienne avec 35 longs métrages et plusieurs courts métrages au programme (jusqu'au 27 novembre), l'un des points forts étant consacré au film yiddish, la langue des communautés juives d'Europe orientale et d'Allemagne.

Ainsi seront montrées deux rétrospectives consacrées à deux pionniers du cinéma yiddish, Sidney M. Goldin et Joseph Seiden, tandis qu'un hommage sera rendu au comédien autrichien Otto Tausig, âgé de 86 ans. Ce dernier avait dû quitter la Vienne nazie en 1939 avec «un transport d'enfants» pour la Grande-Bretagne, avant de revenir dans la capitale autrichienne en 1946 pour y mener une carrière d'acteur couronnée de succès.

Aujourd'hui encore, Otto Tausig est l'une des «figures» du célèbre Burgtheater de Vienne et il a joué dans de nombreux films qui seront présentés au festival dans le cadre d'un programme baptisé «Émigration et retour d'exil».

Un autre thème du festival est le cinéma palestinien, sous le titre We Too Have No Other Land (Nous non plus n'avons pas d'autre pays), qui présentera une série de films sur le destin de la Palestine et d'Israël, particulièrement centrés sur l'identité, la religion et les frontières.

Enfin, le festival réserve une grande place au film documentaire, avec notamment celui du réalisateur autrichien Georg Misch, Le Chemin de La Mecque - Le Voyage de Muhammad Asad, qui vient d'être couronné au festival FIDADOC au Maroc par le Grand Prix du jury. Muhammad Asad, en réalité le philosophe autrichien Leopold Weiss, né en 1900 à Lviv (aujourd'hui en Ukraine) et décédé en 1992, avait quitté l'Empire austro-hongrois pour une longue route le menant en Israël, en Palestine, à La Mecque, puis au Pakistan et enfin à New York. Converti à l'islam, ce descendant d'une longue lignée de rabbins a fourni une traduction du Coran qui est encore aujourd'hui une référence.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.