Requiem pour deux poids lourds

Les cinéphiles qui piaffaient d’impatience à la perspective d’une rencontre au sommet entre Robert De Niro et Al Pacino devront refroidir leurs ardeurs...
Photo: Les cinéphiles qui piaffaient d’impatience à la perspective d’une rencontre au sommet entre Robert De Niro et Al Pacino devront refroidir leurs ardeurs...

Les histoires de flics désabusés qui, par dépit, en viennent à se substituer au bras vengeur d'une justice impuissante à condamner les criminels, débouchent parfois sur de très bons films (Dirty Harry, L.A. Confidential) et, à l'occasion, sur d'autres qu'il vaut mieux oublier (Renegades, Street Kings). Les cinéphiles qui piaffaient d'impatience à la perspective d'une rencontre au sommet entre Robert De Niro et Al Pacino devront refroidir leurs ardeurs: Righteous Kill appartient définitivement à la seconde catégorie.

L'anecdote est célèbre: deux des acteurs les plus estimés de leur génération sont apparus au générique de The Godfather Part II sans partager la moindre scène. Michael Mann corrigea le tir en 1995 en leur offrant, dans Heat, un bref tête-à-tête. La séquence était mémorable, le film moins. L'intérêt de Righteous Kill, on s'en doute, tient beaucoup de ce que les deux monstres sacrés y partagent plusieurs scènes. Leur jeu se fait tour à tour complice et complémentaire, chacun mettant de côté une propension au cabotinage largement exploitée dans leurs récents choix professionnels (des comédies bébêtes pour De Niro; des thrillers insipides, dont le 88 Minutes du même Jon Avnet, pour Pacino). Bref, on apprécie leur sobriété, même si, à 65 et 68 ans respectivement, ils composent un improbable tandem de sémillants détectives. On contemple les deux faciès mythiques; les rôles marquants défilent. Au final, on se désole que leur association fasse si peu d'étincelles, la faute revenant à un scénario aussi banal que bavard.

Righteous Kill s'articule autour des confessions du détective Turk (De Niro) qui, selon toute vraisemblance, a fini par en avoir marre de voir des crimes sordides se conclure par des acquittements. Et tombent comme des mouches tueurs de gays, prêtres pédophiles, trafiquants de drogue et racaille similaire. Malgré l'évidence, le détective Rooster (Pacino), coéquipier et ami de longue date de Turk, refuse de croire que son partenaire est le «redresseur de torts» qu'ils recherchent.

Quiconque est familier avec les rouages du genre verra venir, parfois de très loin, la plupart des développements de l'intrigue. Ironique, puisqu'on a quand même affaire à des détectives. L'esprit de déduction leur fait cruellement défaut, à l'instar d'une psychologie fouillée. Les personnages demeurent schématisés et des détails commodes sont insérés sans trop de subtilité.

La piété de Rooster, introduite en image et en voix hors champ (question qu'on saisisse bien), constitue de toute évidence un élément qui aura plus tard son importance. Dès lors, on a une bonne idée du dénouement. On regrettera enfin que les deux personnages féminins soient si peu développés, à commencer par celui de l'avocate, qui entre et sort du récit de manière assez arbitraire. Le scénariste Russel Gewirtz avait réussi un coup de bluff avec la femme mystère de Inside Man, mais cette fois, il ne dispose pas d'un as comme Jodie Foster pour occulter la piètre qualité de sa donne.

En collègue et maîtresse hard de De Niro, Carla Gugino dégage aplomb et sensualité, malgré la faiblesse d'un rôle qui sert surtout à établir l'indiscutable hétérosexualité de ces messieurs. Après tout, leur lien est si fort qu'on aurait pu, autrement, se faire des idées! C'eut certainement été un autre film, pas nécessairement meilleur, mais à la rigueur moins convenu.

***

Collaborateur du Devoir

***

Righteous Kill (Meurtre légitime)

Réalisation: Jon Avnet. Avec: Robert De Niro, Al Pacino, Carla Gugino, Curtis Jackson, John Leguizamo, Donnie Whalberg, Tirlby Glover, Melissa Leo. Scénario: Russel Gewirtz. Photographie: Denis Lenoir. Montage: Paul Hirsch. Musique: Ed Shearmur.

États-Unis, 2008, 101 min.

***

V.o.: Cinéma Banque Scotia, Colisée Kirkland, Place LaSalle, Cavendish, Côte-des-Neiges,

Lacordaire, Des Sources,

Spheretech, Marché Central.

***

V.f.: Quartier latin, Place

LaSalle, StarCité, Langelier,

Marché Central.

À voir en vidéo