Festival international du film sur l'art - Une programmation qui donne le tournis!

La programmation du Festival international du film sur l'art (FIFA) donne le tournis. Il y a tellement de films à voir! Voici quelques perles glanées dans la mêlée...

Passionnant documentaire: Le Chemin de la Recherche - Histoire d'un film jamais réalisé de l'Italien Giorgio Treves. On savait déjà que Luchino Visconti avait voulu faire un film sur À la recherche du temps perdu de Marcel Proust et que le projet avait avorté. Rêve de la vie pourtant du cinéaste du Guépard et de Mort à Venise. Les univers proustien et viscontien avaient tout pour se croiser: homosexualité, fréquentation intime de l'aristocratie, etc. Visconti connaissait La Recherche à peu près par coeur.

Le documentaire nous apprend à quel point le projet était avancé. Les producteurs avaient mis l'argent sur la table, les repérages étaient terminés, le scénario fin prêt (quoique trop linéaire, de l'avis de certains observateurs), les acteurs trouvés. Giorgio Treves, images d'archives à l'appui avec témoignages des collaborateurs du temps, remonte le cours d'une aventure inachevée, et nous en donne la nostalgie. Le film est passionnant comme un polar. Pourquoi Visconti a-t-il viré casaque à la dernière minute sans donner d'explication? Des pistes sont avancées, mais aucune réponse n'est vraiment trouvée.

Mercredi 14 mars, Grande Bibliothèque, 19h. Samedi 17 mars, Cinémathèque québécoise, 14h.

L'expressionnisme allemand

Un très beau film nous parvient à travers le regard du Français Stan Neumann. Le mouvement expressionniste allemand, bête noire du régime nazi puis des communistes, s'est brillamment concrétisé au cinéma, bien entendu (Le Cabinet du docteur Caligari, notamment), mais aussi en arts visuels, avec des figures de proue comme Kandinsky, Kokoschka, etc., entre 1905 et 1924. Ce documentaire, qui soigne d'ailleurs sa mise en scène et joue avec l'esthétique expressionniste, réveille, entre autres choses, une page noire de l'histoire: en 1937, le régime nazi a organisé une grande expo d'art dit «dégénéré», où les expressionnistes étaient largement représentés. Expo de haine contre les artistes accusés de ne pas chercher l'harmonie, mais une distorsion intérieure, donc traités comme des criminels. Édifiant!

Demain, Musée des beaux-arts, 21h30. Mercredi 14 mars, Musée des beaux-arts, 19h.

***

Dans la foulée de l'expo Disney au Musée des beaux-arts de Montréal, après son lancement au Grand Palais de Paris, Il était une fois... Walt Disney fait l'objet d'un documentaire de Samuel Doux. Assez conventionnel dans sa forme (interviews, photos d'archives, séquences animées, etc.), le film apporte toutefois un complément d'informations au parcours de l'expo. À partir des mêmes prémisses: les influences de l'art européen sur Disney et les dessous des films d'animation, on apprend par exemple que l'actrice Lucille La Verne prêta sa voix à la fois à la méchante reine dans Blanche-Neige mais aussi à la sorcière (elle ôta alors son dentier). Sa ressemblance avec une vraie sorcière était telle que le dessinateur s'en inspira pour les traits définitifs du cruel personnage.

Demain, Musée des beaux-arts, 14h. Dimanche, Musée des beaux-arts, 16h30.

The Giant Buddhas

Sauvagement dynamités par les talibans en janvier 2001, les bouddhas géants de Bamiyan en Afghanistan, joyaux du patrimoine de l'humanité, ne sont plus là pour espionner le passage des pèlerins sur la route de la soie. Mais le réalisateur suisse Christian Freire remonte sur leurs traces, interroge archives, archéologues et témoins. La journaliste canadienne Niloufar Pazira, interprète du film Kandahar de Makhmalbaf, vient comparer l'avant et l'après-destruction des colosses de pierre. On s'aventure aussi en Chine, où d'autres bouddhas géants font accourir les foules. Spiritualité, histoire, fanatisme: le film constitue avant tout une réflexion percutante sur l'héritage religieux, et l'usage douteux que l'humanité en fait...

Demain, 21h30, Cinéma ONF. Mercredi 14 mars, Grande Bibliothèque, 21h30.