Huis clos étouffant

Ce film tout en lenteur et en demi-teintes nous provient du Canada anglais, coproduit avec la Grande-Bretagne. Snow Cake de Marc Evans s'offre une distribution prestigieuse de calibre international, avec Alan Rickman et Sigourney Weaver à sa proue. Mais le rythme, trop à la traîne parfois, manque de tonus.

Le Britannique Rickman incarne un homme au passé trouble de passage en Ontario, que la mort d'une jeune auto-stoppeuse dans sa voiture accidentée va catapulter dans la petite ville de Wawa, sous le poids du remords. Entre la mère autiste de la jeune fille (Sigourney Weaver) et une séduisante voisine (Carrie-Anne Moss), il s'implique dans la vie communautaire et apaise ses propres démons.

Ce beau film, jamais racoleur, cherche à atteindre les tréfonds de l'âme humaine, où se jouent les grandes tragédies personnelles. Le personnage d'Alan Rickman, introverti, secret, ne peut être atteint que par ceux qui respectent ses zones de silence. Le grand acteur l'incarne avec cette intensité douloureuse dont il a le secret.

Sigourney Weaver joue cette femme autiste, hors des conventions du monde, avec un mélange de candeur enfantine, de maladresse et de sagesse dont elle parvient à faire éclater les frontières. Carrie-Anne Moss se révèle excellente aussi en femme sensuelle et sensible qui offre la douceur à cet homme hanté.

Le scénario courtise les vides et les pleins sans jamais s'épivarder. Les ragots d'une petite ville se matérialisent à travers l'univers des voisins et du policier envieux, comme un choeur grec qui bourdonne de médisance.

Le film se joue surtout en huis clos, et tire parti de cet étouffement. Mais le cinéaste britannique (Trauma, House of America) a du mal à captiver très longtemps son auditoire avec le fil ténu de son intrigue psychologique. Il manque à Snow Cake une flamme, une puissance, des rebondissements de scénario aussi. Son univers reste en suspens, et ce film très honorable n'arrive pas à atteindre sa pleine ampleur.

***

Snow Cake (Plaisirs glacés)

Réalisation: Marc Evans. Scénario: Angela Pell. Avec Alan Rickman, Sigourney Weaver, Carrie-Anne Moss, Emily Hampshire, James Allodi. Image: Steve Cosens. Montage: Marguerite Arnold. Musique: Broken Social Scene.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.