Festival - Des RIDM écolos

Les 9es Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) prennent cette année le virage écolo avec l'apparition d'une toute nouvelle section officielle, «Éco-caméra», qui regroupe des films portant sur des thèmes environnementaux et scientifiques. Au programme, des documentaires abordant les sujets de l'eau, des dangers du nucléaire, de la pollution, mais aussi des «éco-débats» sur les changements climatiques, les initiatives citoyennes et l'agrobusiness.

Depuis jeudi, les 9es Rencontres présentent 118 films, dont certains en première nord-américaine ou mondiale, en provenance de 31 pays. La nouvelle catégorie «Éco-caméra» vient s'ajouter aux trois autres sections officielles: «Première caméra», «Caméra-stylo» et «Caméra au poing».

Parmi les documentaires au programme de la section Éco-caméra, on retiendra notamment Blessures atomiques du Français Marc Petitjean, présenté le lundi 13 novembre, une réflexion sur les enseignements qu'il reste encore à tirer du nucléaire, 60 ans après Hiroshima et 20 ans après Tchernobyl. On y découvre le Dr Hida, 89 ans, ancien médecin militaire à l'époque du bombardement sur Hiroshima, qui continue aujourd'hui de soigner ceux qui souffrent encore, six décennies plus tard, des effets de la bombe nucléaire. Il s'agit d'un témoignage touchant, ponctué d'extraits de films d'archives, qui porte à réfléchir sur les terribles dangers des radiations, longtemps minimisés par les autorités japonaises et américaines.

Dans le même ordre d'idée, L'Europe et Tchernobyl de Dominique Gros, présenté le lendemain, porte sur les impacts de l'explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl, en 1986, et sur les leçons que doivent en tirer les institutions, les scientifiques et les environnementalistes.

Toujours dans la branche écolo, des «éco-débats» suivront la projection des films de la section Éco-caméra. Après la projection de Blessures atomiques, Louise Vandelac, professeure à l'Institut des sciences de l'environnement de l'UQAM, animera un débat sur le thème «Cinéma, science et conscience», en compagnie des cinéastes Marc Petitjean (Blessures atomiques), Hélène Choquette (Les Réfugiés de la planète bleue), Richard Desjardins (L'Erreur boréale, Un peuple invisible) et Pascal Gélinas (Le Porteur d'eau). La plupart de ces documentaires seront d'ailleurs présentés aux RIDM.

Pour la première fois cette année, les RIDM ouvrent la porte à la compétition, alors que les meilleurs films seront couronnés dans les quatre sections officielles. Les catégories Caméra au poing, Première caméra et Caméra-stylo présenteront des documentaires sur des sujets aussi variés que le statut précaire des réfugiés politiques (Bledi, mon pays est ici, de Malcolm Guy et Eylem Kaftan), le Niger (Un fleuve humain, de Sylvain L'Espérance) et la pédophilie (Tu ne diras point, d'Aude Léa Rapin). Des débats suivront également la projection de certains de ces films.

D'autres activités sont prévues dans le cadre des Rencontres du documentaire, dont des classes de maître, des projections spéciales (dont des courts métrages de la programmation de Silence, on court! regroupés sur le thème «L'être le plus extraordinaire que j'ai connu»). De plus, deux nouvelles sections voient le jour cette année: «Maestro», présentant des films de grands cinéastes, et «Caméra-off», un hommage aux documentaristes décédés.

9es Rencontres internationales du documentaire de Montréal. Jusqu'au 19 novembre à la Cinémathèque québécoise, au Cinéma ONF, au Goethe-Institut et à l'agora Hydro-Québec du Coeur des sciences de l'UQAM. Billets en vente au 514 844-2172 et au 1 866 844-2172. On peut aussi se renseigner sur le site des RIDM: www.ridm.qc.ca.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.