En bref - Borat pourrait être interdit en Russie

Moscou — La comédie Borat, aventures d'un pseudo journaliste kazakh aux États-Unis qui a créé la sensation en prenant la tête du box-office nord-américain, ne sortira pas sur grand écran en Russie, a annoncé hier sa société de distribution, le film étant jugé trop «choquant».

«Ce film est ambigu, peut-être même choquant. C'est pourquoi nous l'avons soumis à l'agence fédérale de la Culture et du Cinéma. Elle nous a envoyé une lettre disant que ce film peut porter atteinte aux sentiments de certaines catégories de citoyens», a expliqué Marina Bodiaguina, représentante du distributeur du film, 20th Century Fox, dans le journal Kommersant. «Mais il ne s'agit en aucun cas d'une interdiction», a assuré la responsable, alors que le journal n'hésite pas à parler du retour de «la censure», la date de sortie du film ayant été auparavant fixée au 30 novembre. «Nous avons nous-mêmes pris la décision de ne pas projeter le film. Mais cela ne veut pas dire qu'on ne pourra pas le trouver en Russie, il sortira en DVD», a ajouté Mme Bodiaguina. Le personnage de Borat Sagdiyev, incarné par le comédien britannique Sacha Baron Cohen, est censé réaliser un documentaire pour présenter les États-Unis à son «pays» dont il donne à tous ses interlocuteurs américains une image particulièrement arriérée. Le Kazakhstan, ex-république soviétique d'Asie centrale restée proche de Moscou, furieux d'être montré comme un pays dont la boisson nationale est l'urine de cheval fermentée, avait brièvement menacé Cohen de poursuites.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.