L'enfer au paradis

Un petit thriller sans prétention mais bien torché, qui allie suspense et romance à des profils de société. Haven premier long métrage de Frank E. Flowers qu'il a scénarisé lui-même, dont on n'attendait pas grand-chose, étonne par sa maîtrise et sa qualité.

Pas un chef-d'oeuvre, mais un film techniquement au poil avec des enjeux sociaux tissés dans un scénario efficace, à travers des lieux d'action multiples. Si tous les premiers films prenaient la peine de se peaufiner autant, on ne pourrait que s'en féliciter. D'autant méritoire, l'aventure Haven, que ce cinéaste de 27 ans, Frank E. Flowers, originaire des îles Caïman, a tourné son film en 29 jours à peine.

L'action se déroule d'abord à Miami, d'où un homme d'affaires corrompu (Bill Paxton), pris à la gorge par le fisc, s'enfuit avec sa fille Pippa (Agnes Brickner) et quelques millions scotchés au corps. Direction: le paradis fiscal des îles Caïman.

C'est là, au milieu des conflits ethniques, de la corruption, des gangs de rue en guerre, que la partie se corse. Tricotant les destins de Pippa et de Fritz (Victor Rasuk), un jeune Caïmanais qui traverse la vie de la blonde adolescente américaine, mais aussi de Shy (Orlando Bloom) et de son amoureuse Andrea (Zoë Saldana), dont les frères vengent la vertu perdue, des portraits de société se peignent en creux.

Tout cela, et l'atmosphère propre aux îles Caïman, où l'argent plus ou moins mal acquis, mais omniprésent, colore le caractère factice d'une île construite sur le limon de la corruption en tous genres. Ce climat particulier, où le paradis atmosphérique côtoie l'enfer des moeurs publiques, apparaît bien campé, drames individuels à l'appui. Montage nerveux, action et suspense au menu, dans cette marmite multiculturelle explosive, chaque personnage possède une faille appelée à l'engloutir et nul ne sort indemne de l'aventure.

Il est clair que la présence d'Orlando Bloom à la distribution (jeune et beau héros de la trilogie du Seigneur des Anneaux, de Troy et de Pirates des Caraïbes), ici en amant romantique victime de ses amours, sera un aimant puissant pour attirer le public adolescent devant les écrans de Haven. Ces spectateurs y découvriront, par-delà une production d'action enlevante, l'univers si particulier (et méconnu) des paradis fiscaux moins idylliques qu'il n'y paraît, dont le jeune Frank E. Flowers rend les nuances d'ombre avec un talent indéniable.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.